alpilles13 ALPILLES13

27/08/2007

2. Mon journal de la semaine...

2. Mon Journal de la semaine…

 

Quelle prétention de vouloir rédiger : « Mon Journal de la semaine » !  Comme si les centaines de publications quotidiennes et hebdomadaires, entassées comme des boîtes de sardines dans les magasins de presse, ne suffisaient pas à nourrir ma réflexion sur les affaires de ce bas monde. Serais-je frustré de ne jamais figurer dans les ragots de la presse people ? Suis-je jaloux que mon dernier bouquin ne fasse pas partie de la livraison pléthorique de la rentrée ? (Il sera publié en hiver avec peut-être un entrefilet crititque dans la presse locale…)  

 

D’autant plus que cette semaine, je n’ai pas grand-chose à dire ni à écrire. Serais-je en manque d’inspiration ? Que non, mais le dossier, paru dès lundi 20 août sur Libé, intitulé « Le journalisme citoyen à l’assaut de l’info » m’interpelle.  Et le sous titre : «  Le public est de plus en plus associé à la production de l’information mais ne se substitue pas à l’expertise journalistique » donne à réfléchir et à me rendre modeste.  

 

Assiste-t-on à une évolution, voire à une révolution de l’info à cause ou grâce aux sites et aux blogs ? Les médias sont touchés de plein fouet. Les citoyens-lecteurs se prennent pour des journalistes d’occasion et publient à tour de bras des milliers d’articles sur la toile. Et d’autres de faire leur cinéma sur Dailymotion, SkyBlog ou Youtube. Il y a un certain temps déjà que nous sommes entrés dans l’ère de la communication tout azimut à l’aide de moyens électroniques de plus en plus sophistiqués  à la portée de n’importe quel scribouillard.

 

Libé dénonce avec raison la piètre qualité de cette info citoyenne. Parce que Libé, le Monde ou le Figaro ne se contentent pas de reproduire de simples dépêches d’agences. L’événement est disséqué, analysé et commenté par des professionnels. Les envoyés spéciaux nous narrent des faits et des reportages comme si nous étions sur place, l’émotion et les senteurs locales en moins. Mais en fin de compte, « monsieur et madame tout le monde » n’en demandent pas tant. Seule l’info compte, point. Et le public est abreuvé à longueur de journée et à répétition sur tous les médias du même événement. Pas étonnant que le lecteur, l’auditeur et le téléspectateur finissent par être saturés, lassés et même blasés par cette fréquence boulimique de l’info. Pas étonnant dès lors, qu’ils aillent grappiller sur l’Internet cette info-citoyenne et qu’à leur tour, ils se mettent a produire tout et n’importe quoi.

 

Essayons une semaine de bouder les médias, de vivre hors du temps comme sur une île perdue en plein pacifique sud. Quelle semaine formidable : pas de crimes, pas d’infanticides, pas de viols, pas d’explosions meurtrières, pas d’incendies de forêts, pas de bouchons, pas de bourse,  pas de politique, pas de mauvaises nouvelles du tout. Que du bonheur !

 

Dimanche, 26 août 2007

15:55 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.