alpilles13 ALPILLES13

03/02/2008

Mon journal de Genève

Jean Nouvel et le charme proustien du « Grand Musée »

Vers le réaménagement et l’agrandissement du Musée d’art et d’histoire

Jean Nouvel et le charme proustien du « Grand Musée »

 

En raison de sa taille et de l’importance de ses collections, le Musée d’art et d’histoire est sans aucun doute l’institution patrimoniale phare de la Ville de Genève. Au cours de son histoire, longue de près d’un siècle, – il fut fondé en 1910 sur l’initiative de personnalités privées -–, le Musée n’a jamais pu bénéficier d’une véritable restauration. Il se trouve actuellement dans un état très précaire : sa façade, altérée par le temps, est indigne d’un bâtiment culturel ; ses installations techniques sont vétustes et ne garantissent plus la préservation des collections ; la muséographie demande des adaptations importantes. Si le Musée, qui est visité par quelque cent quatre-vingt mille personnes par année et qui constitue un élément culturel, social et économique de premier plan, veut préserver son attrait, il est urgent d’investir dans sa rénovation. Mais ce renouvellement ne peut se limiter à une simple restauration du bâtiment actuel. Il est grand temps de préparer l’avenir, en considérant que l’institution ne dispose plus des espaces nécessaires pour présenter ses collections extrêmement riches dans les domaines de l’archéologie, des beaux-arts et des arts appliqués. Prenons comme exemple la collection des beaux-arts qui compte, à côté de celles du Musée des beaux-arts de Bâle et du Kunsthaus de Zurich, parmi les meilleures de Suisse. Sur les six mille quatre cent cinquante-cinq œuvres qu’il conserve dans ce domaine, le Musée ne peut en exposer, dans la situation actuelle, que deux cent soixante-quatorze.


En 1998, Jean Nouvel, architecte de renom international, a proposé, dans le cadre d’un concours, un projet pour le Musée qui vous est présenté dans ce journal. Il s’agit, pour restituer au bâtiment actuel, conçu par l’architecte Marc Camoletti, sa beauté initiale, son charme proustien, de réaliser un aménagement qui offre 3800 m2 supplémentaires de surface, occupant l’espace de la cour intérieure. Cette nouvelle structure prévoit trois étages destinés à la présentation des collections, une salle polyvalente et, sur le toit, un restaurant panoramique offrant une vue splendide sur le lac et la ville, qui pourrait devenir sans aucun doute un pôle d’attraction touristique irrésistible.


Comment financer ces deux projets qui demanderont un investissement de 80 millions de francs environ ? Il est évident que, compte tenu de la situation financière actuelle, la Ville de Genève, propriétaire du Musée, ne peut supporter à elle seule un pareil investissement.
Grâce à l’engagement civique de quelques personnalités genevoises et de mécènes, une fondation privée a été créée avec pour objectif de récolter 40 millions de francs devant permettre de réaliser l’agrandissement du Musée proposé par Jean Nouvel. Le Conseil municipal de la Ville de Genève, qui avait accepté en 2004 déjà une motion demandant au Conseil administratif de proposer un crédit d’étude en vue de rénover le Musée d’art et d’histoire, a également accepté cet été, à une très forte majorité, d’entrer en matière sur la proposition du Conseil administratif de présenter un crédit d’étude pour le projet global de Jean Nouvel. À condition toutefois que la « Fondation pour l’agrandissement du Musée » réunisse en dix-huit mois les 40 millions de francs représentant la moitié du financement nécessaire à sa réalisation. Espérons donc que ce projet si nécessaire pour Genève sera soutenu par la générosité des mécènes et la clairvoyance des politiciens.

16:14 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.