alpilles13 ALPILLES13

06/02/2008

Mon journal de Genève

Le 24 février prochain, les citoyens genevois devront se prononcer sur une initiative populaire prônant la gratuité des transports publics sur le territoire de la République. Les autorités et la quasi-totalité des partis politiques, sauf les communistes, recommandent de refuser cette initiative en l’estimant dangereuse ! Le comble : les socialisteset les vertss’associent avec le patronat et les partis bourgeois pour combattre ce projet !


 

 

bustpg.1202339278.jpg

 

Les initiateurs de ce projet ont commis une grave erreur en ne proposant pas un mode de financement pour remplacer la billetterie, laissant à l’Etat le soin de prendre les mesures nécessaires au financement de la gratuité. C’est joliment dit mais c’est tout de même un peu léger de la part de ces doux rêveurs.

Ils auraient dû relire la Charte d’Indépendance de la République, publiée en 1988, dans laquelle je proposais la gratuité… et son mode de financement. Un système où chaque citoyen, enfant compris, payait une taxe annuelle modeste en fonction de son revenu qu’il utilise ou non les transports publics. Les entreprises faisaient de même en fonction du nombre de leurs employés. N’oublions pas que les trois quarts des usagers se rendent au boulot et en reviennent !

La formule était beaucoup trop simple pour les dirigeants de l’époque qui n’ont retenu qu’une seule proposition, celle de la publicité sur les bus comme sur les Formules 1 !

 

 

Les commentaires sont fermés.