alpilles13 ALPILLES13

10/02/2008

Mon dernier journal de Genève

Dimanche, 10 février 2008

Au lieu d’une semaine, il m’a fallu ajouter du temps au temps  pour venir à bout de mes occupations et des rencontres avec la famille et les amis. J’avais perdu l’habitude des va et vient dans cette ville dans laquelle on cherche par tous les moyens à chasser la voiture au dehors. Ce qui en soit est une bonne chose. De grands chantiers sont ouverts pour agrandir le réseau des tramways nommés désirs. Bien après les avoir mis au rancard, ils reviennent à la mode. A défaut de rencontrer Marylin, on y croise de biens jolies personnes qui, hélas, ont souvent la mine renfrognée. Celle des mauvais jours où il faut se rendre au turbin.

 

180px-camille_corot_auto-retrato.1202666949.jpgcorot-bis.1202666910.jpg

 

J’ai tout de même eu le temps de faire une apparition au Musée d’Art et d’Histoire voire l’exposition de Véronèse à Picasso. Au détour d’une galerie, j’ai découvert l’un de mes aïeux ou plutôt un magnifique nu, une nymphe peinte par Jean-Baptiste Camille Corot dans les bosquets de la campagne genevoise. Je situe même l’endroit où il a croqué la belle, à quelques pas de la maison où il a séjourné à Dardagny. Sa mère, Marie-Françoise née Oberson, était une grande tante de mon grand père. Je n’ai pas vraiment trouvé un air de famille… dans ses deux autoportraits ! J’aurais préféré saisir la nymphe sur la pélicule… mais ce sera pour la prochaine fois.

  

Les commentaires sont fermés.