alpilles13 ALPILLES13

11/02/2008

Mon journal des Alpilles


blaise-cendrars-par-modigliani-1917.1202765561.jpg

 

 

Blaise Cendrars peint par Modigliani (1917)

 

Lundi, 11 février 2008

 

Me voici revenu en Provence, au pied des Alpilles. C’est ma seconde patrie et sans aucun doute la dernière. Je suis un sédentaire chronique. J’ai pourtant des idées de voyage plein la tête et finalement je ne suis bien, je ne vis bien qu’en ce lieu. En pleine campagne, au milieu des oliviers, des amandiers en fleurs, loin de l’agitation de la ville, je trouve mon équilibre, une sorte de sérénité bienfaisante. L’autre jour, j’étais à l’aéroport Saint-Exupéry, à Lyon. J’accompagnais mon neveu qui s’en allait au Chili. J’ai rêvé un instant à l’Amérique du Sud, à ce continent aux mille facettes, à ces peuples fiers et métissés, à la côte de l’océan Pacifique, à l’île de Pâques et aux iguanes.

 

Des centaines de voyageurs de tous âges se précipitaient à l’enregistrement. J’ai été tenté de faire comme eux, de sauter dans n’importe quel avion, pour n’importe quelle destination. De faire le tour du monde de pays en pays selon l’inspiration du moment. De partir à l’aventure sans bagage, trouvant sur place de quoi me vêtir car je déteste faire les bagages, choisir ceci plutôt que cela. A la manière de Blaise Cendrars avec tout de même un calepin et une pointe Bic pour noter mes impressions. A la simple évocation de ces voyages que je ne ferai sans doute jamais, j’éprouve déjà le sentiment d’être sur le chemin du retour, la tête pleine de souvenirs imaginaires. Il est peut-être trop tard pour avoir un quelconque espoir de guérir un pantouflard !

Les commentaires sont fermés.