alpilles13 ALPILLES13

12/02/2008

Mon journal des Alpilles

 

apollo.1202848902.jpg

 

Mardi, 12 février 2008

Ce matin, équipé de pied en cape comme un forestier professionnel, j’allais attaquer la taille du mûrier-platane qui nous prodigue son ombre bienfaisante en été. Mon épouse Bernadette qui est en accointance avec le ciel, celui des étoiles de la lune et du soleil, m’interpelle : « ce n’est pas le moment, la lune est montante, attends la semaine prochaine ». De quoi se mêle-t-il, cet astre mort, pour une fois que j’ai le cœur à l’ouvrage ? La lune, cette effrontée, vous bouscule le calendrier sans crier gare. Sans doute est-elle jalouse du soleil qui lui fait de l’ombre. Il arrive même parfois qu’elle pique sa crise, se place devant lui au risque de vous griller la rétine. Pour se faire remarquer, pour se faire voir, cette mijaurée se lève quand on se couche. Elle est capricieuse, se joue de l’alphabet, trompe son monde dans l’hémisphère nord, se balance comme une coque à l’équateur pour dire la vérité au sud. Le platane, lui, n’a que faire de ces états d’âme, de sa luminosité pâlotte, il bourgeonne déjà. Il faut que je mette les choses au clair avec elle.

Ce n’est que partie remise car j’ai mille choses à faire quand son humeur lunatique me met le bâton dans les roues. Je suis le roi du bricolage, sauf que pour les choses sérieuses je fais appel à des pros. Si vous questionnez mes outils, avec en tête le marteau, ils se gausseront de mes gestes maladroits. Les plus futés, faute d’être affûtés, refusent tout service. D’autres se mettent en grève sans préavis. Je me demande parfois s’ils craignent de me faire du mal où qu’à l’inverse ils redoutent que je leur en fasse. Eh bien, vous ne me croirez pas, mais j’ai tout de même réussi, aujourd’hui, à bricoler un bûcher, couvert de tuiles pour dissimuler ma réserve de bois au regard inquisiteur de cette vieille lune !

 

 

 

 

 

 

 


Les commentaires sont fermés.