alpilles13 ALPILLES13

04/05/2008

Le vieil homme et la mer

Le Vieil Homme et la mer est un court roman, ce qui explique qu'il est parfois considéré comme une nouvelle, écrit par l'écrivain américainErnest Hemingway à Cuba en 1951 et publié en 1952. Il s'agit de la dernière œuvre de fiction majeure produite par Hemingway et publiée de son vivant. Une de ses plus fameuses créations littéraires, traite d'un vieux pêcheur cubain en lutte avec un énorme marlin au large du Gulf Stream. Bien que le roman ait été l'objet de critiques disparates, sa sélection pour le prix Nobel de littérature en 1954 réaffirme dans la littérature mondiale l'importance et la portée de l'œuvre dans l'ensemble des créations d'Hemingway et dans la fiction du XXe siècle.

Cet ouvrage lui valut le double honneur du prix Pulitzer en 1953 et du prix Nobel de littérature en 1954.

 

Le vieil homme qui divague sur son blog largue les amarres pour une escapade, non pas dans la mer chaude des Caraïbes ou dans le Pacifique sud si chers à Hemingway, mais plus simplement dans cette  froide Méditerranée toute proche et pourtant si lointaine de la Provence intérieure.

Ne voyez aucune prétention de ma part d’illustrer mon propos en citant l’une des dernières œuvres maitresses  de ce célèbre baroudeur. Hormis quelques sardines prétentieuses se mesurant avec des  loups de belle grosseur, il y a peu de chance que je ferre un marlin au bout de ma ligne d’écriture pour en recevoir un quelconque prix à la criée des prix littéraires.

La mer, les hommes du bord craignent cette femme capricieuse et tourmentée alors que les péquenots, les montagnards, dont je suis, en rêvent depuis leur prime enfance. Et de souhaiter la chevaucher de mille cavalcades comme planté sur un pur sang au galop déboulant dans les collines des Alpilles. Et de souhaiter prendre les embruns en plein visage comme ce mistral qui parfois vous cisaille la peau jusqu’aux os. Déjà, la houle me donne le tournis et je dis : vagues.

 

07:57 Publié dans Mon journal | Tags : mer, bateau, vague | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.