alpilles13 ALPILLES13

21/05/2008

Pour nos voisins...

439px-Swiss-coat_of_arms_svg.png

La Suisse existe, paraît-il, même si elle ne fait pas partie de l’Europe, bien que géographiquement située en son cœur. Mais il n’y a pas des « Suisses » comme il y a des Français ou des Italiens… Pour ses habitants, le terme « suisse » est, pourrait-on dire, virtuel. Il n’a pas de consistance bien qu’il soit utilisé à tort et à travers pour désigner les Helvètes, les citoyens de la Confédération Helvétique. D’où le logo officiel "CH " qui remet les termes à leur juste place. La « confédération » est une union de plusieurs Etats qui, tout en gardant une certaine autonomie, sont soumis à un pouvoir central et s’assemblent pour former un seul Etat vis-à-vis de l’étranger.

Les Helvètes sont un ensemble de peuples celtes ou germano-celtiques, établis sur le territoire de l’Helvétie actuelle et limitrophes des Germains subrhénans. C’était le cas à l’origine mais aujourd’hui, avec l’immigration, il y a davantage d’Helvètes d’origine étrangère naturalisés. Pour compliquer cet amalgame de peuplades et respecter leur diversité, on y pratique quatre langues dites nationales dûment inscrites sur les billets de banque !

 

N’allez surtout pas interpeller un « Suisse » par le terme « suisse-allemand, suisse-italien, suisse-romanche ou suisse-romand ». Sa fierté de Bernois, de Tessinois, de Grisonais ou de Vaudois en prendrait un sale coup. Cette spécificité cantonale demeure dans tous les esprits et les mœurs. Je ne saurais donc illustrer mon propos sans citer et vousfaire écouter le poème « La Venoge » du chansonnier vaudois Jean Villars-Gilles qui eut ses heures de gloire à Paris, en 1947, dans son cabaret « Chez Gilles ». (à suivre)

 

Si vous aimez les vaudoiseries, la TSR dans ses fabuleuses archives nous offre La Venoge. (Tapez sur La Venoge)

10:41 Publié dans Mon journal | Tags : suisse, gilles, venoge | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Je crois quand même que les Genevois ont plus de relations avec les Vaudois qu'avec les Savoyards. "La Tribune de Genève" est en partenariat avec "24 Heures", mais pas avec "Le Dauphiné libéré", ni même avec "Le Messager". Au salon du livre de Palexpo, on se soucie bien plus des écrivains vaudois que des écrivains savoyards. Et ainsi de suite. Il n'y a d'ailleurs pas de douane, entre Genève et le Pays de Vaud.

Ce que vous dites me paraît un peu théorique. Que la France soit une république centralisée et la Suisse une confédération n'y change rien. Au demeurant, sur le plan international, la Confédération a bien une politique unitaire : comment faire autrement ? Il est donc normal que les pays étrangers la regardent comme un pays unitaire. Ils n'ont pas à la regarder de l'intérieur.

Dans les organisations liées à la Francophonie, la Suisse romande a aussi son unité, comme le Québec : en général, les responsables sont à Lausanne. C'est quasiment la capitale de la Suisse romande. L'Âge d'Homme est à Lausanne et publie des auteurs de la Suisse romande. Le Centre d'étude de la littérature de Suisse romande est aussi à Lausanne.

Inversement, ne dites pas à un Savoyard qu'il est Dauphinois, parce qu'ils sont Français les uns et les autres. Au demeurant, ne dites pas à un Savoyard qu'il est français au sens où la Savoie a été au roi de France : les Savoyards sont citoyens de la République française, qui est unitaire, mais pas uniforme.

Sinon, l'originalité du régime fédéral est connue, puisque les Américains en ont un aussi et qu'ils inondent le monde de leurs productions culturelles.

Écrit par : R.M. | 21/05/2008

Les commentaires sont fermés.