alpilles13 ALPILLES13

29/06/2008

Viva Espana !

 

Viva_Espana-bis.jpg

 

 

Vive mon ami le roi démocrate!

 

Juan_Carlos_1984_0.jpgJuan_Carlos_sept_1984.jpg

 

Les doigts dans le nez!

Politique

UNION EUROPÉENNE.

Comment Sarkozy veut relancer l'Europe

Nathalie Schuck et Henri Vernet

dimanche 29 juin 2008 | Le Parisien

null

Mardi, la France prend les rênes des 27 pays de l'Union. Dans un contexte économique difficile et alors que l'Europe est embourbée après le non irlandais au traité de Lisbonne, Nicolas Sarkozy espère néanmoins obtenir des résultats concrets.

A PARTIR de mardi, Nicolas Sarkozy présidera non seulement la France mais aussi l'Europe. Attention pourtant : l'exercice ne dure que six mois et, surtout, le pouvoir du président du Conseil européen n'a rien à voir avec celui d'un chef d'Etat de la V e République. Pas question d'imposer ses quatre volontés aux 27 pays de l'Union européenne (UE).

Le rôle de la « présidence tournante », qui consiste pour l'essentiel à faire avancer les dossiers dans la machinerie lourde et complexe de Bruxelles, s'exerce en général dans la discrétion : combien de Français savent que, depuis le 1 e r janvier, l'UE était présidée par la Slovénie ? Néanmoins, lorsqu'un grand pays prend les commandes, la marge de manoeuvre s'accroît. Ainsi l'Allemagne d'Angela Merkel fit-elle adopter le traité de Lisbonne, ce « minitraité » imaginé par Sarkozy pour sortir l'UE du fossé où l'avait plongé le « non » français au référendum de 2005.

Ironie du sort, c'est au chef de l'Etat que revient la rude tâche de relancer l'Europe après le nouveau non des Irlandais, le 12 juin. Pour celui qui voulait prôner une Europe plus proche et plus protectrice (en luttant contre la hausse du prix de l'énergie), mais aussi plus ambitieuse (projets communs sur l'immigration et la défense), ce brutal coup de frein est une déception. L'Elysée fait mine de positiver, jurant que Sarkozy y voit au contraire « un défi supplémentaire ».

Faire preuve d'écoute et de disponibilité

Il n'empêche, la présidence française devra consacrer temps et efforts à la recherche fastidieuse d'une solution institutionnelle au « no » irlandais. Le numéro un français n'y parviendra qu'à la condition de faire preuve de la même écoute et de la même disponibilité vis-à-vis de ses 26 partenaires que Merkel il y a un an. Lui qui avait déjà beaucoup communiqué sur une présidence qui aurait dû briller devra répondre aux attentes quotidiennes des citoyens européens s'il veut éviter de nouveaux rejets. C'est ce qu'il dira demain soir sur France 3. Ni paillettes ni technocratie, les Français, comme les Européens, attendent de l'UE des résultats.

23/06/2008

Week-end en Provence...

baux.jpg Les Baux de Provence

La France est battue à plates coutures, elle panse ses plaies et rentre à la maison… La Suisse aussi. Rien ne sert de pleurnicher. Débranchez votre poste de télévision. Y a plus rien à voir. Sautez dans le TGV, de Paris ou d’ailleurs. Rejoignez le sud, Avignon, Marseille, la Provence.

Le soleil brille, vous réchauffe le corps, vous met du baume au cœur. Il y a mille occasions de se distraire, de faire la fête dans les villages. Celle des costumes, du ruban, de la course de taureaux.

Le mois de juin est le plus agréable de l’année. Les journées sont longues, il fait encore jour à 22 heures. La mer est frisquette. Qu’à cela ne tienne, visitez l’arrière pays, la Camargue et ses manades, Arles, ses arènes, le théâtre antique et ses musés, les Baux de Provence et sa cathédrale d’images, St Rémy de Provence et le site romain des Glanum.

Ces évocations vous font rêver, n’est-pas ? Comme Tartarin de Tarascon et le moulin de Daudet à Fontvieille. C’est un avant-goût des vacances. Les collines des Alpilles sont encore vertes de la pluie du printemps. Vous sentirez l’odeur du foin dans la plaine de la Crau, le thym et le romarin dans les garrigues.

Faites la tournée des moulins à huile d’olive et des caves viticoles. Les vignerons des Côtes du Rhône ont mis leur tonneau en perce. Dégustez le vin nouveau à Visan, à Sablet, à Valréas, à Gigondas, à Lirac ou à Château Neuf du Pape. Faites bombance de restos en restos. Les Provençaux ont le sens de l’hospitalité et vous accueillent avec l’accent du midi !

14:33 Publié dans Mon journal | Tags : provence | Lien permanent | Commentaires (0)

18/06/2008

Des gambettes à nous faire rêver...

cid_charisse.jpgCid Charisse a fait rêver toute une génération.

Découvrez les vidéos des belles années:

http://fr.youtube.com/watch?v=ykivlKJQHWE

10:37 Publié dans Musique | Tags : danse, cidcharisse | Lien permanent | Commentaires (1)

La Tribune...

Voici ce qui m'est arrivé à l'insu de mon plein gré en cliquant sur ce site:

 

http://www.tdg.ch

09:55 Publié dans Revue de presse | Tags : gag | Lien permanent | Commentaires (0)

16/06/2008

La vie comme elle va..

Pluie. Soleil. Vent. La météo joue au yo-yo comme un pantin désarticulé.

La bourse, devenue incontrôlable, lui donne la réplique.

Le baril, lui, est résolument à la hausse mettant la planète en déroute.

Condamnés sans mot dire à faire des chèques auxcheiks !

Tour à tour les pécheurs et les camionneurs bloquent les ports et les routes.

Les fabricants de bicyclettes augmentent les cadences.

Le blé et le riz  se négocient au prix de la truffe ou du caviar.

Le tiers-monde meurt encore plus vite de faim.

Le non-pouvoir d’achat s’incruste comme le simoun, bloquant les rouages de l’économie.

Pour oublier leurs maux de tête, les chefs d’Etat ont fait bombance à Rome avec le facho de service.

Un noir américain a toutes les chances d’être assassiné pour qu’enfin une femme devienne présidente à l’automne.

Que l’on se rassure...

Avec le réchauffement de la planète, on fera des économies de chauffage.

Le football est roi et subjugue les foules.

Dans deux mois, la Chine célèbrera les droits de l’homme sportif et citoyen.

22:44 Publié dans Mon journal | Tags : vie, aller, actulité | Lien permanent | Commentaires (0)

05/06/2008

Le Prix Inter m'interpelle?

Mangel.jpgAlberto Mangel

Comment ne pas se réjouir de l’attribution du PrixInter à Henry Bauchau, pour son livre : « Le Boulevard périphérique » chez ActesSud. C’est une récompense méritée pour l’œuvre de cet auteur prolifique d’origine belge, âgé de 95 ans. La trame de ses romans est toute entière orientée sur le mal être qui le taraude depuis l’enfance. Ecrire est pour lui une nécessité vitale. Comme l’oxygène… qui lui a permis de vivre, d’atteindre son grand âge et de conserver toute sa lucidité sur les événements de la vie et de la sienne en particulier.

 

Lors de la sélection des 24 jurés, j’avais protesté par courriel auprès de Vincent Josse et son émission : « L’Esprit critique » contre le fait qu’aucun membre n’ait été choisi en Belgique et en Suisse francophones. A priori, ces gens-là…ne lisent pas la littérature parisienne ! Pas plus que les millions de Canadiens et d’Africains de langue française. Choix donc éminemment franchouillard fait par cette radio du Service public qui devrait modifier sa raison sociale en « France Intérieure ».

Remercions donc les jurés français d’avoir rectifié le tir en choisissant un auteur belge. Encore que ce verdict m’interpelle. Ne serait-il pas entaché d’un voile de copinage et d’intérêts ? Comme le Goncourt que l’on surnommait avec malveillance : galligraseuil…

Voici les faits : Après cinq heures de délibération les jurés ont attribué 12 voix au livre de Sorg Chalandon, « Mon traitre » (Grasset) et 12 voix à celui de Bauchau chez Actes Sud.

La voix du président, Alberto Mangel, comptant double, il a départagé le jury en l’attribuant en son âme et conscience à Bauchau. Le juré-président est l’auteur de « Une Histoire de la lecture » prix Medicis de l’essai en 1998, publié chez Actes Sud ! Mais je suis mal intentionné de vous dire que Mangel a dirigé la collection « Le Cabinet de lecture » chez Actes Sud et que, pure coïncidence, tous ces livres sont édités par la célèbre maison d’Arles !

23:16 Publié dans Mon journal | Tags : inter, prix, livre | Lien permanent | Commentaires (0)

01/06/2008

Château de Chillon...

chateau-haut-chillon.jpgJ’ai volontairement… omis de vous dire, lors de mon précédent article bucolique sur le Lavaux, qu’une autoroute partant de Lausanne traverse de part en part cette région pour atteindre Vevey, Montreux, passe au dessus du Château de Chillon, s’en va vers la vallée du Rhône, puis pénètre dans le Valais, au cœur des Alpes.

Quel crime de lèse-écologie que cette balafre qui partage les vignobles, les villages et les collines en deux. Construite il y a plus de quarante ans, elle a fini par s’intégrer dans le paysage et, depuis le bas, le bord du lac, on la distingue à peine, on oublie même qu’elle existe. Cela s’est fait bien avant la prise de conscience de sauvegarde du patrimoine et des sites.

Le Château de Chillon est une ancienne forteresse édifiée par la famille de Savoie sur un îlot rocheux dont l’occupation remonterait à l’Age du Bronze. Cet emplacement stratégique commandait le passage entre le nord et le sud de l’Europe. Durant l’occupation bernoise (1536-1798), le château conserva son rôle de forteresse, d’arsenal et de prison.

Laissé quasiment dans l’oubli, il recouvra une certaine notoriété grâce à Rousseau qui situa un épisode de La Nouvelle Eloïse, à lord Byron et son poème : The prisoner of Chillon.

Au cours des siècles et jusqu’à ce jour, il subira de nombreux travaux de transformation, d’agrandissement et d’entretien.

Plus de trois cent mille visiteurs ont franchi le pont-levis l’an passé pour découvrir cette remarquable bâtisse historique.

 

Tout savoir sur le Château de Chillon : http://www.chillon.ch

 

Tout savoir sur le Montreux Jazz Festival qui aura lieu du 4 au 19 juillet 2008 :

http://www.montreuxjazz.com

 

Tout savoir sur le Festival de Musique Classique « Septembre Musical » qui aura lieu à Montreux et Vevey du 28 août au 14 septembre 2008 :

 

http://www.septmus.ch

19:06 Publié dans Mon journal | Tags : vaud, chillon, montreux | Lien permanent | Commentaires (0)