alpilles13 ALPILLES13

07/08/2008

La table de Lénine existe!

Un article paru dans le Nouvel Obs de la semaine passée, sous la signature de François Caviglioli, nous informe que le Parti communiste français a liquidé son musée situé dans l'immeuble où Vladimir Ilitch Oulianov, dit Lénine, avait séjourné à Paris de juillet 1909 à juin 1912. On a déménagé incognito sa bibliothèque, sa casquette, ses lunettes et peut-être d'autres objets.

l__nine_table.jpg

 

Lénine a habité à plusieurs reprises en Suisse et notamment à Genève, durant quatre ans, entre 1895 et 1908, puis en 1915 et en 1917 d'où il est parti pour rejoindre Moscou et la révolution bolchevique. Il fréquentait assidûment la Brasserie Landolt, située vis-à-vis de l'Université et de la Bibliothèque publique et unversitaire.

 

A l’époque, les immigrés russes fuyant l’Okhrana, la police secrète du tsar, sont nombreux à Genève. «Ils sont plusieurs centaines à l’Université. On les rencontre aux cours de l’Aula, au patinage, autour d’un jeu d’échecs, chez Landolt», peut-on lire dans la Gazette de Lausanne du 27 janvier 1905. «Ils travaillent, ne se livrent pas et ne racontent volontiers leurs affaires à personne. Aussi le public forge-t-il sur leur compte quantité d’histoires à dormir debout. »

Le père de la révolution russe aurait gravé son nom sur une table de la Brasserie Landolt. La table de Lénine, c’est un peu comme l’Arlésienne. Tout le monde en parle, mais personne ne sait où elle se trouve… A-t-elle seulement existé? Nous savons que Lénine a fréquenté le local de Zofingue. Nous retrouvons la trace de son passage dans Séjours de Lénine en Suisse, un livre soviétique édité en 1971 à Genève: «En octobre 1915 s’est tenue dans la salle de la Société étudiante « Zofingue », une réunion formée du parti du groupe bolchevik de Genève. Lénine présenta un rapport sur la Conférence de Zimmerwald. »

Coup de théâtre. Le 21 février 1987, le Journal de Genève affirme avoir retrouvé la trace de la table de Lénine. «Admirateurs du révolutionnaire russe, fétichistes, historiens ou simples curieux, vous pouvez être rassurés: la table de Lénine est dans les murs de la Cité de Calvin, gravée de toute part, polie par les années et les flots de bière qui s’y sont déversés. »
Où ça? Chez Zofingue, à la rue des Voisins. «Depuis 1985, elle trône dans le local de l’association d’étudiants et rend encore de bons et loyaux services aux buveurs de bière», affirme le journaliste. Ce qui est certain, c’est qu’aujourd’hui, la table ne se trouve plus à la rue des Voisins. Murat Alder, vice-président de Zofingue, tombe des nues. Il n’en avait même jamais entendu parler.

Une version que confirme Henri-Albert Jacques, trésorier des Vieux Zofingiens. «Ce n’est pas une légende. Je me souviens que sur l’une des tables figurait le nom de Lénine, gravé au couteau, en lettres majuscules. » Etudiant dans les années 50, il fréquentait lui aussi le bistrot de la rue de Candolle. «A l’époque, figuraient six ou huit tables rondes de grandes dimensions, en bois dur, sur lesquelles les membres des sociétés d’étudiants pouvaient graver leur nom, ce que j’ai d’ailleurs fait moi-même. » (Extraits d'un article paru dans la Tribune de Genève en 2006)

 

La table existe, je l'ai vue!

 

Il y a quelques années, lorsque j'exerçais le métier d'antiquaire, j'ai fait la connaissance d'un vieux bougre, Alexandre, un ancien forain dont la ferme, un vrai capharnaüm, regorgeait de mille objets plus hétéroclites les uns que les autres. Semaine après semaine, je lui rendais visite, lui offrais une bouteille de gros rouge et, selon son humeur, il consentait à me vendre un objet ou un vieux meuble. J'avais réussi à gagner sa confiance. Un jour, il me montra quelques vieilles tables de bistrot en noyer du Japon, me dit-il. L'une après l'autre, il me les vendit, sauf une recouverte d'un vieux drap mité. Elle était vendue à des messieurs de Paris qui allait venir en prendre livraison moyennant un gros chèque. C'était la table de Lénine et l'acheteur de Paris n'était autre que le PC !

Lors de la vente et de la transformation de la Brasserie Landolt, en 1979, ce malin de vieux bougre avait acheté tout le mobilier qui datait du début de siècle! J'ai toujours pensé que son acquisition n'était pas totalement fortuite...

Commentaires

La table de Lénine existe et se trouve encore à Genève.

Dans le cadre d'un "baptême", elle fut prise, en 1979, par une société d'étudiants rivale de Zofingue, qui la détient toujours dans son local.

Écrit par : albert | 07/08/2008

Et comment se fait-il qu'on ne signale pas de guérisons miraculeuses ? Voire de résurrections ?

Écrit par : Scipion | 08/08/2008

à Albert,
Courrez la photographier si c'est vrai... c'est peut-être une copie ou un multiple!

Écrit par : Fred Oberson | 08/08/2008

Les commentaires sont fermés.