alpilles13 ALPILLES13

30/06/2009

Chapitre 19 . www.paradis-ciel.info

Publication par Internet du livre

www.paradis-ciel.info

« Un journaliste au Paradis »

Fred Oberson

 

Voir le résumé sur le site:

http://www.paradis-ciel.info

 

Chapitre 19

 

Le chambardement provoqué par le site www.paradis-ciel.info risquait de porter préjudice à la réalisation de l’opération Pacifia. La Commission du Futur ordonna de faire en sorte qu’en aucune manière la mise en activité du grand ordonnateur ne puisse être interprétée comme une initiative céleste. « Trop ou trop peu gâtent tous les jeux. Mettez la pédale douce et laissez couler de l’eau sous les ponts » dirent-ils.

Cet avertissement arrangea tout le monde car la réalisation de ce projet s’avéra très complexe, non seulement sur le plan technique mais également dans sa mise en pratique. Lorsque tout fut en place, des centaines de bénévoles sillonnèrent l’Helvétie, pareils à des commis voyageurs ou à des Témoins de Jéhovah… Dans les premiers mois, cela se passa sans tambour ni trompette, puis de bouche à oreille, les « pucés » convainquaient leurs relations de se faire « pucer » à leur tour. Le résultat ne se faisait pas attendre : dès la pose de l’appareil, celui ou celle qui nourrissait auparavant des intentions belliqueuses se montrait doux comme un agneau.

De mèche avec la CIA, on greffa des puces sur des tortionnaires ayant commis force crimes et exactions lors des derniers conflits. A la grande surprise des opérateurs, le grand ordonnateur ne récolta, dans le cerveau de ces bourreaux, que des informations fragmentaires. Comme si leur mémoire occultait la gravité des actes commis. Ce constat troubla profondément Freud et conforta ses réflexions sur le fonctionnement psychique de l’être. Cela lui rappela les procès de Nuremberg, des généraux argentins, de Milosevic et le dernier en date, celui de Saddam Hussein, où ces génocidaires plaidaient non coupable avec arrogance. Envisager que seul leur inconscient avait dicté leurs pulsions meurtrières, c’était mettre un pied dans l’engrenage des circonstances atténuantes, si chères aux défenseurs ! Cette découverte représentait une avancée spectaculaire dans la connaissance du cerveau, de son comportement irrationnel, de quoi tournebouler le génie génétique.

Au bout de quelques mois, le monde entier fut informé officiellement de l’existence de Pacifia et de son implantation pays par pays. Victor avait été le premier surpris de découvrir que l’homme, en général, ne s’aimait pas, qu’il se trouvait mal dans sa peau et dans sa tête et qu’il allait jusqu’à perdre l’estime de lui-même. Que n’aurait-il pas fait pour être différent ? Fort de cette constatation, Victor était convaincu que son idée d’améliorer l’espèce humaine était promise au succès.

Sur terre, les interrogations, les approbations et les critiques fusaient de toute part. Comme pour le site Internet, les médias s’en donnaient à cœur joie. Cela donnait lieu à des émissions TV, des débats, des reportages et même à des Téléréalités où des équipes de pucés affrontaient des non pucés. La presse ouvrait ses colonnes aux lecteurs des deux clans qui s’invectivaient par courrier interposé, les sites et les blogs envahissaient le Net. Même pour ceux qui refusaient son implantation, la puce était devenue un détonateur psychologique sans pareil qui les amenait à réfléchir à leur condition, à se remettre fondamentalement en question.

La puce provoqua des drames familiaux, des séparations et des divorces. Les femmes, en général, estimaient qu’il n’était pas nécessaire de recourir à cette technique. La violence, la guerre étaient l’apanage des hommes, alors qu’elles en étaient les victimes, disaient-elles. A leur tour, les hommes avaient beau jeu de crier haut et fort qu’elles n’étaient pas toutes des modèles d’innocence. Et de leur reprocher leur jalousie, leur avidité et leurs déviances passionnelles !

La rubrique « Pacifia » de la presse fourmillait de témoignages et d’anecdotes plus farfelus les uns que les autres.

Extraits :

« Depuis que mon mari s’est greffé la puce, il n’a plus la vigueur d’avant »

« C’est à cause de la puce, me dit-il, mais je suis sûre qu’il a une maîtresse»

« Avant, il ne m’offrait jamais des fleurs »

« Les scènes de ménage me manquent »

« Merci Pacifia, ma vie a totalement changé »

« Antoine est devenu doux comme un agneau. La vie est monotone ! »

« Ma femme a rompu avec son amant »

« Ca ne sert à rien d’en mettre une aux vieux »

« La puce va-t-elle me rendre stérile ?»

« Docteur, ça me gratte, il faut me l’enlever »

« On m’a dit qu’elle peut provoquer le cancer »

« Elle va perturber mon pace maker »

« Je suis sûr qu’elle me rend sourd »

« Une secte se cache derrière Pacifia »

« Mon confesseur désapprouve ce procédé contre nature »

« C’est une atteinte à la liberté »

« Je suis assez grand pour décider ce que je dois faire »

« Merci Pacifia, j’ai gagné au loto »

« Pour être sûr que ça marche, j’en ai mis deux »

« Je n’ai pas confiance en ces gadgets électroniques »

« Les prisons se vident, des centaines de matons sont inscrits à l’ANPE »

« J’ai donné 100 balles à un SDF »

« Mon banquier me conseille de ne plus investir dans les chimiques »

« Le patron m’a offert une augmentation sans que je la lui demande »

« C’est encore un truc des Américains pour dominer le monde »

« Ils ont renversé ce pourri de dictateur sans verser une goutte de sang »

« Le procureur a requis une peine exemplaire pour un récidiviste qui refuse de se faire pucer »

« L’armée US envisage de se retirer du Moyen-Orient sans raison apparente »

« Depuis que Pacifia est implantée en Palestine, les colombes remplacent les faucons »

« On chuchote dans les couloirs de l’ONU que la Chine serait sur le point de signer la Charte des droits de l’homme »

 

Malgré la fiabilité des installations techniques et le sérieux de leurs contrôleurs, le grand ordonnateur tomba en panne. Une rupture de faisceau se produisit entre l’émetteur et les satellites chargés de maintenir le contact avec les pucés. Les ingénieurs ne s’expliquaient pas les raisons de cet incident regrettable. Victor était sur la brèche et pensa immédiatement à une malveillance extérieure, à celle de Lucifer, bien sûr. Il avait une revanche à prendre, à la suite de son dernier échec.

Examinant le satellite principal à l’aide de son télescope, l’astronome de service découvrit qu’il avait été certainement endommagé par un météorite naturel. Le ciel se vengeait de ces intrus qui gravitaient artificiellement dans son espace. « Ouf ! c’est ennuyeux mais je préfère cet accident à un mauvais coup de ce démon, se dit Victor ».

Quelques jours après, les ingénieurs réussirent à rétablir le contact avec un satellite de secours qui gravitait dans les environs. Mais pendant ce temps-là, la terre avait fait des siennes, ou plutôt ses habitants. Les médias se firent l’écho d’une recrudescence inexpliquée de crimes, de vols et de violences de toutes sortes. Les responsables de Pacifia ne manquèrent pas l’occasion d’expliquer la raison de ce changement de comportements.

C’est ainsi que l’opération, à sa reprise, connut une expansion exponentielle, pour le bien de l’humanité.

 

(à suivre)

18:01 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.