alpilles13 ALPILLES13

02/01/2010

Le chômage a encore de beaux jours devant lui !

 

Lundi 4 janvier 2010, l'usine Continental sera définivement fermée !
Lundi 4 janvier 2010, l'usine Continental sera définivement fermée !

Extrait de « Dis, Papy, c’est quoi la crise ? »

 

Le chômage aussi est une forme de crise permanente puisqu’il n’y a pas assez de travail pour tous. Il va s’amplifier car on estime déjà à 25 millions le nombre de nouveaux chômeurs dus à la crise. À brève échéance, on ne créera plus d’emplois, si ce n’est le remplacement d’un poste sur deux de ceux qui partent à la retraite. L’avenir s’annonce sombre pour les jeunes. Ils ont du souci à se faire. Leurs parents aussi.

- Tu penses à nous, Papy ?

- Oui et non. Dans une dizaine d’année, on peut espérer que les conditions auront changé dans un sens positif. Après la crise… la reprise ! Cependant, rien ne sera comme avant. Depuis quelques années, les économistes, pour ne pas dire les Etats, ont tout misé sur le libre-échange, l’ouverture des frontières et la diminution, voire l’abolition des tarifs douaniers. Il était nécessaire de sortir du protectionnisme mis en place depuis les années trente. Mais cela s’est réalisé trop vite, créant un déséquilibre avec les pays émergents où les conditions sociales et salariales n’ont pas d’équivalence avec les nôtres. Combien de temps faudra-t-il pour qu’ils atteignent notre niveau de vie ? Vingt, trente ans, ou peut-être n’y arriveront-ils jamais. Chez nous, des pans entiers de l’industrie, de l’artisanat ont disparu en quelque vingt ans. Seule l’activité de service résiste encore, même si certaines tâches administratives et commerciales sont déjà sous-traitées à l’étranger. Un des remèdes à la crise, et plus particulièrement au chômage, peut consister à rétablir une dose de protectionnisme en limitant l’importation de certains produits.

- En les fabriquant à nouveau chez nous ?

- Pas impossible, car ces dernières années, les industriels ont délocalisé leurs usines dans les pays de l’Est, en Chine, en Inde notamment, où les salaires sont très bas, entre 50 et 300 euros par mois ! Plus aucun ordinateur ou une quelconque souris ne sont fabriqués en Europe ou aux Etats-Unis. Les multinationales et les importateurs s’en foutent carrément car leurs marges bénéficiaires sont encore plus conséquentes qu’avant. Le prix des Nike, des Reebok, fabriqués par des enfants du tiers monde, a-t-il baissé ?

Depuis plusieurs années, le prix Nobel d’économie Maurice Allais dénonçait les effets destructeurs de la Mondialisation, principale cause de l’augmentation inéluctable du chômage.

Voici un lettre du 17 décembre 2007 :

http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1520

12:51 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

et vous papy de Suisse, avez-vous répondu à votre jeune demandeur:

La crise, c'est un mot qui désigne des effets pour les salariés
qui reviennent tous les 10 ans (ou moins)
comme celle des années 1992 avec la guerre / les histoires du pétrole,
ou celles des années 2000 avec la bulle internet,
ou cette crise financière style 1929 qui nous occupe dès fin 2007
et qui continue en 2009-10 (parce qu'on n'a rien résolu)

Le manque de places d'emplois, avec une immigration invasive
ne peut que s'aggraver.


" Le chômage aussi est une forme de crise permanente,
puisqu’il n’y a pas assez de travail pour tous "

Vous parlez à qui, du sud français de votre résidence ?
Vous qui vous êtes expatrié dans le sud français... jouissez-en! Bonne retraite française 2010 à vous!

sinon,
Pouvez-vous dire à vos enfants,
ainsi qu'aux chômeurs français attirés par Rhône-Alpes, première région de France en matière de développement grâce aux emplois de Gve & CH,

que les gens d'une région donnée ne peuvent accueillir qu'un nombre donné de demandeurs d'emploi. Les français ne peuvent supporter plus de 18-19% d'étrangers, bien que ceux-ci se justifient face à eux de leurs passés & dettes de colonisateurs.

tandis que les suisses, sans passé d'envahisseur ou de colonisateur ont du accepter de recevoir, par ex. à Genève

en 1997 = plus de 46,3% d'étrangers
en 2002-04 : les genevois payent les bilatérales de leurs licenciements et
en 2005, seuls plus de 39,1% d'étrangers sont statistiqués, car sont non incl. les étrangers résidents depuis peu & nouvellement détenteurs de passeport à croix blanche.

Ce cumul de chiffres notant env. 85.4 %
d'étrangers établis à Gve depuis 1997,

tandis que tout sociologue ou politico-socio-psy avancerait
le taux reconnu de pourcentage d'intégration d'étrangers maximum
acceptable par la population d'origine d'accueil, de 20 %.

Avec ceci, cité fin 2009:
"La Suisse dispose de l'un des droits du travail les moins contraignants en comparaison européenne"

bien sûr & selon les clientélismes etc. que j'ai vu, il s'agit des RH, des employés d'agences de recrutement travaillant pour ces français mi-cadres de multis genevoises qui, disposant des outils du droit du travail suisse pour licencier sans autre mais à leur guise, puis réembaucher qui leur plaît, développèrent en choeur ce moto depuis des années:
tant pis pour les chomeurs suisses. tant mieux pour les chomeurs français.

Ce qui fait une bonne histoire à raconter à vos petits,
dans le sud d'une retraite au chaud.

ici, les petits ont déjà sniffé l'odeur qui s'en dégage.

Écrit par : na...ya | 02/01/2010

Ca à l'air plutôt pas mal ce bouquin, sur le ton de l'humour et de la dérision..

Écrit par : Artisanat Cambodge | 25/01/2010

Les commentaires sont fermés.