alpilles13 ALPILLES13

29/04/2010

SADE, Philosophie dans un boudoir

 

Lorsqu'on cherche les textes de Sade sur Internet, on est bien surpris de n'en trouver pratiquement aucun. C'est véritablement le seul grand écrivain français classique dont l'œuvre est quasiment représentée par des fragments. Constat étonnant vu que l'ensemble des textes de Sade, même les plus sulfureux, sont depuis longtemps disponibles en librairie, les plus célèbres étant même en édition de poche. Une certaine censure, ou plutôt autocensure, est donc toujours en vigueur sur les sites Internet « officiels » ou académiques.

Voici le livre :

http://fr.calameo.com/read/0001205114992dc7976a0

18:32 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

24/04/2010

Lamartine, Graziella

 

 

Ce récit évoque le voyage de Lamartine, tout jeune homme, en Italie. Après une étape romaine, il se rend à Naples, où Virieu, un ami d'enfance, le rejoint. Il fait connaissance d'un vieux pêcheur sur la plage de Margellina et, après une promenade en barque où il manque perdre la vie, il rencontre, dans l'île d'Ischia, Graziella, fille du pêcheur. Celle-ci tombe amoureuse de ce Français et refuse Cecco, le parti qui lui était destiné. Elle se réfugie dans l'île de Procida pour entrer au couvent...
Ce texte, aussi lumineux que le ciel de Naples, est un hymne d'Amour, amour virginal d'un adolescent et d'une jeune fille dans une nature sublimée. La clarté de l'écriture lamartinienne nous fait retrouver, au travers de cette jolie histoire, l'innocence perdue...

Voici le livre :

http://fr.calameo.com/read/000120511ea855fe7b540

22:29 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

21/04/2010

Franz KAFKA, Le Procès


Résidence de Kafka à Prague
de 1889 à 1896
Maison dite « À la minute »

KAFKA FRANZ : Le Procès - Romans

Joseph K., employé de banque modèle et sans problème, est arrêté un matin par des inconnus vêtus d'un uniforme de voyage. K. reste pourtant libre de continuer à vivre comme si rien ne s'était produit, mais il est sans arrêt surveillé et épié par trois de ses collègues de travail. Pensant, au début, que tout cela n'était qu'une vile plaisanterie, K. ne tient pas compte de ce qui se passe. Intrigué par l'absurdité de la situation, il interroge les policiers sur son arrestation et n'obtient aucune réponse: c'est alors qu'un sentiment de culpabilité s'empare de lui. Pour montrer que tout le monde se trompe à son sujet, il accepte de venir à toutes les convocations et de comparaître devant le tribunal. Angoissé, il cherche par tous les moyens à s'innocenter et commence alors à négliger son travail. Sur le conseil de son oncle, il engage un avocat qu'il va renvoyer par la suite à cause de son inefficacité, ce qui le contraint à assurer lui-même sa propre défense devant la Cour de Justice...
Un roman d'une modernité absolue, la grande Oeuvre kafkaïenne: les situations sont impossibles, les personnages irréels, l'histoire peu plausible, et pourtant nous savons tous, lorsque nous lisons ce texte, que Kafka nous parle profondément, véridiquement, de nous, de la société, de ce drôle d'animal social qu'est l'homme.

Voici le livre :

 

http://fr.calameo.com/read/0001205118de73292fbf9

18:09 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (2)

17/04/2010

Albert Londres, Le Juif errant est arrivé

 

Ce livre rassemble vingt-sept articles sur les juifs qu'Albert Londres écrit lors d'un périple qui débute à Londres, se poursuit à Prague, en passant par les ghettos de Varsovie et de Transylvanie, et qui prend fin en Palestine.

Voici le livre :

http://fr.calameo.com/read/000120511126cc3fb6fb7

 

Biographie :

http://www.arlea.fr/_Albert-Londres_

21:35 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

15/04/2010

José-Maria de HEREDIA, Les Trophées, poésie

Biographie

José-Maria de Heredia (1842-1905) est un homme de lettres d'origine cubaine, naturalisé français en 1893.

Dernier fils de Don Domingo de Heredia, issu d'une vieillefamille espagnole et de sa deuxième épouse, LouiseFrançois Girard, d'une famille française émigrée de Saint Domingue , le poète vint au monde dans la plantation de caféfamiliale ,nommée "La Fortune " près de Santiago de Cuba le 22 novembre 1842. Il vint en France , au collègeSaint Vincent de Senlis pour y poursuivre ses études en 1851, à l'âge de neufans, et il y resta jusqu ’à sonbaccalauréat , en 1859. Il y fut un élèvebrillant et très apprécié. La découverte , juste avant son retour de l’œuvre de Leconte de Lisle, fitsurlui une impression profonde. Après son retour à Cuba , en juin 1859, il passa un an à La Havane, approfondissant sa connaissance de la langue et de la littérature espagnoleavec le projet d'y poursuivre éventuellement des études de droit ; c'est à Cuba qu'il composa les premiers poèmes français qui nous sont parvenus. Mais il ne trouva pas à La Havane l' ambiance de travail qu'il avait connue en France et de toute façon , l'équivalence du baccalauréat français lui fut refusée pour des raisons administratives ; il revint donc en France dès 1861 accompagnée de sa mère qui, étant veuve et ayant marié ses troisfilles aînées tenait à veiller elle même sur l' éducation et la conduite de son fils et s'inscrivit en octobre de la même année à la faculté de droit de Paris.


Il suivit dans le même temps, à titre étranger, les cours de l'Ecole des Chartes de 1862 à 1865 où il fut un élève brillant et sérieux . Ses ambitions et ses goûts étaient en fait plus littéraires quejuridiques , et la fortune de sa famille, gérée avec précision et rigueur par sa mère (la majorité était fixée alors en Espagne à l'âge de 25 ans) lui épargna pendant un certain temps les problèmes matériels. Il continua donc à écrire des poèmes, spécialement des sonnets, et fut rapidement membre d'associations littéraires comme la conférence La Bruyère ; il devint un des membres influents de l'école parnassienne. En 1863 il fit la connaissance de Leconte de Lisle, et collabora au Parnassecontemporain , nouant des amitiés avec des auteurs comme Sully Prudhomme, Catulle Mendès et Anatole France.


Poète parnassien, il devint rapidement célèbre dans le milieulittéraire parisien ; pourtant, il publia peu, faisant paraître ses poésies dans des revues littéraires de faible diffusion avant de les réunir fort tard (1893) en un volume, Les Trophées (118 sonnets), qui fut couronné par l'Académie française. Il avait déjà été lauréat de l'Académie pour une traduction de l'espagnol, l' Histoire véridique de la conquête de la Nouvelle Espagne, par le capitaine Bernal Diaz del Castillo, il traduisit aussi Historia de la Monja Alférez. Il publia à La Revue des DeuxMondes, au Temps et au Journal des débats.


Il fut élu à l'Académie française le 22 février 1894 en remplacement de Charles de Mazade et reçu le 30 mai 1895 par François Coppée. Lors du voyage des souverains russes à Paris, en 1896, José-Maria de Heredia composa le Salut à l' Empereur , poème lu par Paul Mounet, de la Comédie-Française , à la cérémonie de la pose de la premièrepierre du pontAlexandre III.. Il était membre de la Commission du dictionnaire . Il devint en 1901 conservateur de la bibliothèque de l'Arsenal .


Il eut trois filles : Hélène (1871-1953) qui épousa Maurice Maindron, Marie(1875-1963] — mariée à Henri de Régnier, maîtresse de Pierre Louÿs et poète sous le pseudonyme de Gérard d'Houville —, et Louise,(1878-1930) mariée à Pierre Louÿs.


Il mourut le 2 octobre 1905 au château de Bourdonné, près de Houdan. Il fut inhumé le 7 octobre au cimetière de Bonsecours ( Seine- Maritime).


HEREDIA, JOSé-MARIA DE : Les trophées - Poésie

Cumulant plusieurs inspirations au fil des trente années de leur composition, les Trophées, unique recueil de Heredia, se présentent comme une histoire poétique de l'humanité. Nouvelle Légende des siècles, cette production s'impose comme l'une des plus représentatives de l'esthétique parnassienne. Ensemble de médailles ou de joyaux, elle dut son succès à une perfection formelle, qui ne va pourtant pas sans un art de la dramatisation, subtilement agencée dans un recueil fondé sur la fragmentation.

Voici le livre :

 

http://fr.calameo.com/read/00012051182bd11b8f303

12:23 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

13/04/2010

Conon Doyle, Le chien de Baskerville

 

 

 

Statue de Sherlock Holmes à

Meiringen (Canton de Berne, Suisse).

 

 

Voici le livre :

 

http://fr.calameo.com/read/000120511adbdf831e9c8

 

Biographie de Conon Doyle :

 

http://www.jesuismort.com/biographie_celebrite_chercher/b...

 

 

11:18 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

11/04/2010

Charlotte Brontë, livre numérique

 

 

BRONTë, CHARLOTTE :

Jane Eyre ou Les Mémoires d'une institutrice - Romans

Devenue orpheline dès son plus âge, Jane Eyre est recueillie par M. Reed, son oncle. Après la mort de ce dernier, sa tante la traite durement et l'accuse de tous les vices. Lorsqu'elle entre dans sa dixième année, Mme Reed, décidée à s'en débarrasser définitivement, envoie Jane dans une pension pour jeunes filles pauvres, où l'on va lui enseigner sévèrement, les rigueurs de la vie...

 

Voici le roman :

 

http://fr.calameo.com/read/0001205110c67c3a8f41a

 

 

19:39 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

09/04/2010

« Puisque c’est ça la vie », roman de Michèle Lajoux

 

Lors de l’exposition Es’cale à Paradou, j’ai fait la connaissance de Michèle Lajoux auteure de « Puisque c’est ça la vie », son deuxième roman, paru aux éditions le cherche midi. Il émane de cette frêle jeune femme un tempérament bien affirmé que l’on retrouve dans le style incisif de son roman que je soupçonne d’être en partie autobiographique. Car comment décrire avec autant de précision les faits, une vie qui se déroule de la prime enfance jusqu’à l’âge adulte.

L’héroïne, Angéline, est née blonde, pâlotte, alors que sa mère souhaitait enfanter un garçon où, moindre mal, une brunette potelée aux cheveux frisés, une fillette à son image. Jusqu’à la layette choisie en bleu et sans avoir songé un instant à un prénom féminin. Sur son lit d’un accouchement douloureux, Irène rejette d’emblée ce bout de viande rose et fadasse, ses yeux bleus qui souffrent de strabisme ! La déception de cette mère hostile va se poursuivre tout au long de l’enfance et de la jeunesse d’Angéline. La narratrice décrit une scène quasiment insupportable où le père rudoie le bébé sans motif apparent, allant jusqu’à le frapper. On se pose mille questions sur leurs attitudes respectives, ce qui incite le lecteur à poursuivre avidement la lecture pour en savoir plus.

C’est l’histoire d’une famille petite bourgeoise qui se déroule tantôt dans le pays Piccard, tantôt à Aix-en-Provence, lieu de résidence de la belle famille et des séjours de vacances. C’est une fresque écrite au présent où Angéline découvre, un rien amer, les vicissitudes de l’existence d’une enfant mal-aimée en se disant que "c’est ça la vie "! Situé dans les années soixante, ce récit nous rappelle avec bonheur une époque, un mode de vie presque oublié. La description des membres de la famille est féroce. Du grand-père pédophile à la tante de mauvaise vie, tout le monde passe à la moulinette. Même les non-dits sont évocateurs d’un climat particulier, parfois délétère. Comme Michèle Lajoux l’écrit dans sa dédicace, « c’est l’histoire d’Angeline qui joue aux funambules au bord du précipice » !

Il y a cependant de bons moments dans l’enfance d’Angéline, la proscrite, lorsqu’elle découvre la campagne, les fleurs, les insectes. Pour son âge, elle est d’une lucidité qui parfois déconcerte, d’une cruauté aussi lorsqu’elle prend plaisir à l’abatage des lapins. Ce livre ne serait pas un bon livre s’il ne réservait pas aux lecteurs des événements inattendus, des coups de théâtre que je vous laisse le soin de découvrir.

Que deviendra Angéline à la veille d’être femme ? Voici un passage qui en dit long sur sa détermination :

Quelles sottes, ces filles qui réclament un mari, comment peuvent-elles confondre leur vie rêvée avec le compagnonnage d’un homme qui les dégoûtera au terme de quelques semaines. La lecture des contes de fées lui a appris que les choses intéressantes se passent avant le mariage, l’amour, la passion, l’excitation du désir, l’espoir, ensuite, il n’y a plus rien. Les aventures et l’histoire s’arrêtent avec le sempiternel « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». Comment peut-on vivre heureux avec beaucoup d’enfants, quelle sottise !

21:31 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

07/04/2010

HUGO, Quatre-vingt-treize

 

Quatre-vingt-treize - Romans Historique

Initialement prévu pour une trilogie qui aurait compris, outre L'homme qui rit, roman consacré à l'aristocratie, un volume sur la monarchie, Quatrevingt-Treize, écrit à Guernesey de décembre 1872 à juin 1873, après l'échec de Hugo aux élections de janvier 1872, achève la réflexion de l'écrivain sur la Révolution à la lumière de la Commune et tente de répondre à ces questions: à quelles conditions une révolution peut-elle créer un nouvel ordre des choses? 1793 était-il, est-il toujours nécessaire? Le roman valut à son auteur la haine des conservateurs.
En mai 1793, le marquis de Lantenac, âme de l'insurrection vendéenne, arrive en Bretagne sur la Claymore, une corvette anglaise. À bord, il n'a pas hésité à décorer puis à faire exécuter un matelot qui n'avait pas arrimé assez solidement un canon. La consigne du marquis est claire: il faut tout mettre à feu et à sang. D'horribles combats s'ensuivent. Lantenac massacre des Bleus et capture trois enfants...

 

Voici le roman :

 

http://fr.calameo.com/read/00012051197fb8bb94f25

20:11 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

06/04/2010

Honoré de Balzac, La femme de trente ans

Comment un mariage, même souhaité et même socialement brillant, peut conduire une jeune fille au malheur. Comment une jeune mère résiste à une passion adultère, mais sombre dans le chagrin. Comment une jeune femme dans tout l'éclat de sa maturité retrouve le goût de l'amour puis se trouve punie dans le destin tragique de ses propres enfants.

 

Voici le roman :

 

http://fr.calameo.com/read/0001205111267c03a0de6

 

20:10 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

05/04/2010

Victor Hugo, Le dernier jour d'un condamné

 

 

 

HUGO, VICTOR : Le Dernier Jour d'un condamné - Romans ---

À la prison de Bicêtre, un condamné à mort note heure par heure les événements d'une journée dont il apprend qu'elle sera la dernière. Il rappelle les circonstances de la sentence, puis de son emprisonnement et la raison qui le fait écrire, jusqu'au moment où il lui sera physiquement impossible de continuer. Décrivant sa cellule, détaillant la progression de la journée, évoquant d'horribles souvenirs comme le ferrement des forçats, la complainte argotique d'une jeune fille, des rêves, il en arrive au transfert à la Conciergerie...

Voici le roman :

http://fr.calameo.com/read/000120511d7048754b61f

10:21 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

01/04/2010

Marcel Proust, tome II

Et voici le tome II  de "A la recherche du temps perdu"


http://fr.calameo.com/read/00012051194269d7147ac

 

23:05 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)