alpilles13 ALPILLES13

29/06/2010

A la recherche du Nautilus…

 

 

Depuis l’époque où le Nautilus sillonnait les mers, faisant la chasse aux aventuriers, semant la panique parmi les équipages, nous avons décidé, nous, capitaine et moussaillon, de renouveler l’aventure de la frégate Abraham Lincoln. A bord de notre frêle esquif, notre sloop Gingembre portant pavillon helvétique, un signe de neutralité… nous avons parcouru l’Atlantique tout au long du Gulf Stream dans l’espoir de rencontrer le capitaine Nemo.

Ce héros, ce flibustier de haut vol, ce personnage de légende, qui nous a fait rêver dans notre adolescence, avait certainement pris une retraite imméritée quelque part sur l’un des îlots sauvages au large des côtes de Bretagne. Nous le considérions comme immortel. Où vivait-il ? Peut-être aussi dans son sous-marin, son Nautilus accosté aux abords de l’Atlantide ?

Notre point de départ, notre démarche se situe dans la baie de Lorient. A l’entrée, à bâbord, existe une ancienne base de sous-marins, celle de Kéroman, construite par la Kriegsmarine allemande au début des années quarante. Nous étions persuadés que de vieux mariniers, de vieux pécheurs avaient enfoui quelques souvenirs, quelques indices au tréfonds de leur mémoire. De bar en bar, nous les questionnons, de bar en bar, nous avons abusé de ce lambig, cette eau-de-vie de cidre dont la sous-marque s’appelle calvados en Normandie ! No comment ! Nous avons fait chou blanc sur toute la ligne, oubliant que nous étions à 20.000 lieux sur la mer !

On est remonté vers le nord, on s’est enfilé à marée haute dans le port de Pont-Aven, la cité des peintres devenue célèbre à l’époque des impressionnistes dont Gauguin est l’initiateur de l’école des Navis. Aucune trace, aucune évocation picturale d’une époque qui était aussi la leur…

Mince alors, on a croisé les îles des Glénan en se dirigeant vers la Pointe du Raz, on a laissé l’île de Sein à bâbord puis, lors d’une escale à Douarnenez, nous avons pris pension chez Hervé, dit Vévé, au bar du Port. Pour faire le point, rien de meilleur d’avoir les pieds sur terre !

«Nemo ? Nemo ? ça nous dit quelque chose, mais il n’est pas d’ici. Jules, natif de Nantes, nous a bien raconté quelque histoire à son sujet, mais c’est du passé, ça date de l’autre siècle. Faudrait aller voir du côté de Brest, tonnerre de sort ! »

Camaret, le Conquet, le nord du Finistère, Perros-Guirec, à la limite des Côtes d’Armor, il n’était pas question de quitter l’océan, de pénétrer dans la Manche, vers Saint-Brieuc ou le Saint Malo. Ce n’est pas une mer digne de Nemo, avec tous ces Anglais en face.

De guerre lasse, on a posé le bateau, on a battu en retraite, on n’allait pas réécrire l’histoire, ou plutôt ajouter un chapitre au roman de ce cher Jules Verne. L’épave du Nautilus croupit sans doute tout rouillé au fond d’une crique. Les épaves sont légions dans le pays. Le capitaine Nemo vit encore dans nos mémoires. Peut-être un jour, avec notre Gingembre, ferons-nous le tour du monde en 80 jours ?

En attendant, rendons à Jules ce qui est à Verne :

http://fr.calameo.com/read/000120511ed8b14a6f4de

 

 

Commentaires

Merci, vous me donnez envie de relire ce livre de Jules Verne que je n'ai pas relu depuis longtemps.
A votre santé et à bientôt.

Écrit par : graindesel | 29/06/2010

Les commentaires sont fermés.