alpilles13 ALPILLES13

28/09/2010

Victor Hugo, Les Burgraves

 

Voici le livre :



Château de Heppenheff, Burg du Rhin. Il y a 70 ans, les deux fils, l'un naturel et l'autre légitime, de l'empereur d'Allemagne (dont ils ignorent l'identité) aiment la même femme. Le fils naturel, Fosco, assassine Donato, son frère, pour l'amour de Ginevra et il vend cette dernière comme esclave pour lui avoir préféré son frère. 70 ans plus tard, le nonagénaire burgrave Job, bouleversé par l'enlèvement, 20 ans auparavant, de son plus jeune fils encore tout enfant, a été évincé, avec son fils Magnus, par leurs descendants dégénérés et avilis. Ceux-ci commettent les pires exactions et terrorisent la région entre deux orgies. Régina, fragile, aimante, se consumant d'un mal inexpliqué, est promise au brutal petit-fils de Job, mais elle aime Otbert, noble, vaillant et loyal et qui le lui rend bien. Ils sont l'unique compagnie de Job et son unique source de réconfort. Guanhumara, une vieille esclave mystérieuse, promet à Otbert de sauver Régina à l'aide d'une potion miracle en échange de l'assassinat d'un inconnu qui, dit-elle, le mérite bien. Otbert s'engage à frapper la victime inconnue sur l'ordre de Guanhumara et tout semble aller pour le mieux pour les tourtereaux, qui obtiennent la bénédiction de Job à leur union. Or le Burg abrite un énigmatique visiteur, vieillard chenu, accueilli, contre l'avis des jeunes générations, par Job et Magnus...

10:56 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Une belle pièce gothique, inspirée par des légendes du Saint-Empire que véhiculait le folklore franc-comtois que par Charles Nodier Hugo connaissait bien, il s'y intéressait d'autant plus qu'il était né à Besançon. La pièce contient des vers magnifiques et une atmosphère fabuleuse, mais elle n'a pas eu de succès, elle n'était pas dans le goût français. Finalement, Hugo parviendra à mettre du gothique aussi à l'époque de la Révolution, en Bretagne, avec "Quatrevingt-Treize", et ainsi a pu avoir du succès!

Écrit par : Rémi | 28/09/2010

Les commentaires sont fermés.