alpilles13 ALPILLES13

29/08/2011

La route du Gruyère...

 

Le pays de Gruyère, un ancien comté, a donné son nom au célèbre fromage de Gruyère, souvent copié mais jamais égalé… qui bénéficie d’une appellation d’origine contrôlée. C’est un des sept districts composant le canton de Fribourg.

Ne dites jamais à un « Gruérien » qu’il est Fribourgeois, tant il est fier de son pays et de ses traditions séculaires.

Dans son émission : « Passe moi les jumelles », la Télévision Romande a diffusé vendredi soir une reconstitution de l’époque où les « armaillis » exportaient leurs meules de Gruyère jusqu’à Lyon.

Pour ce faire, il fallait traverser les Préalpes à dos de mulet, rejoindre le Lac Léman, naviguer jusqu’à Genève et descendre le Rhône pour atteindre la Capitale des Gaules.

Pour être né et avoir vécu de nombreuses années en Gruyère, je ne résiste pas à l’envie de vous proposer la vision de ce film. Il est remarquable d’authenticité et de sensibilité, jusqu’à « l’accent » typique de ses protagonistes qui me rappelle mes jeunes années.

Mais ce fromage tant convoité… ne va tomber tout fait du bec de maître corbeau sur un arbre perché… Dans un chalet d’alpage, en guise de hors-d’œuvre, la TSR a filmé une fromagère, Aurélie, une femme hors du commun qui, chaque matin, « fabrique » son fromage selon une méthode ancestrale.

 

 

http://www.tsr.ch/emissions/passe-moi-les-jumelles/3290888-pour-l-amour-du-gruyere.html

10:01 Publié dans Mon journal | Tags : gruyère, fromage, tsr | Lien permanent | Commentaires (1)

13/08/2011

A la rencontre des Provençaunautes...

 

 

Encore une rencontre virtuelle du 3ème type après les astronautes, les spationautes, les internautes et les blogonautes ?

Pas d’ovni, pas de Spielberg sur la place de la gare de Tarascon mais la ville est en effervescence en l’attente de l’événement de l’année : la TarasCountry,  un concert gratuit offert par la mairie !

Les rues sont envahies par une foule bigarrée que l’on pourrait croire venue en Boeing 747 de l’Arizona, du Grand Canyon ou de Monument Valley. Une horde d’Harley Davidson bourdonne sur le parking.

Vincent Bertomeu, le shérif, papillonne parmi un essaim de Top Country Girl avec à leur tête Anne-Marie Durhône qui organise le concours de danses traditionnelles.

A une terrasse de café, je rencontre enfin les « Provençaunautes », Karine Portrait et Anthony Jammot, journalistes au journal La Provence. Ils ont fait halte au soir du 3ème jour, le temps de reprendre leur souffle pour s’en aller à nouveau accomplir leur marathon de 1000 km dans l’arrière-pays provençal. En temps réel, ils adressent textes, photos et vidéos à la rédaction qui les retransmet illico sur le site du journal.

A nouveau sur la route de nuit... ils n’ont pas le loisir d’écouter Pete ROSS, le célèbre musicien des grands espaces australiens qui a ravi un public de connaisseurs jusqu’à minuit.

Voici le périple de Karine et Anthonny :

 

http://www.laprovence.com/sur-la-route-des-provencaunautes

 

Et Pete ROSS :

http://www.festival.alpilles.fr/festi2011/tarascon.html

 

http://www.dailymotion.com/video/xjy4xe_pete-ross-a-binic-2011_music

09/08/2011

lA CRISE, PLUS ACTUELLE QUE JAMAIS !

 

 

Le livre : Dis, Papy, c’est quoi la crise ? a été publié en juin 2009. Il est hélas plus que jamais d’actualité et je le propose gracieusement en numérique aux lecteurs de la Tribune de Genève: :

 

http://fr.calameo.com/read/000120511279aa7145bc4

 

Voici un extrait de la conclusion quelque peu « prémonitoire » :

 

« Comble de malheur, en voilà encore une de crise qui pointe le bout de son nez avec insistance : la crise de confiance !

Celle-ci est bien plus pernicieuse car les citoyens se rendent compte que leurs dirigeants sont dépassés par ce qui arrive, qu'ils interviennent au coup par coup, souvent sans concertation. Parce que les banquiers et les industriels leur dansent sur le ventre, tendant leurs sébiles comme des mendiants, fermant les usines touchées par la chute des ventes et de la production.

La réunion des chefs d'Etats, lors du G 20 du 2 avril 2009 à Londres, n'a pas dissipé le malaise. C'est une sorte d'inventaire à la Prévert, une litanie de bonnes résolutions pour tenter de changer le fonctionnement de la finance mondiale. Ils ont enfin pris conscience de la situation catastrophique dans laquelle se trouve la planète au plan économique et social. Ils ont sans doute compris qu'ils doivent unir leurs efforts, de part et d'autre de l'Atlantique et jusqu'aux confins du Pacifique pour enrayer la descente aux enfers.

L'homme de la rue devra patienter de longs mois avant de déceler des signes de retour à une certaine « normalisation » ! Avec des séquelles imprévisibles.

Dans l'immédiat, c'est la valse des milliards empruntés tous azimuts pour doter le FMI de moyens considérables destinés à sauver certains pays de la faillite. Des milliards que les générations futures devront rembourser ! »

Il est encore disponible en édition papier au prix de 15,00 euros, port compris : fredoberson@bluewin.ch

14:10 Publié dans Mon journal | Tags : crise, actualite, livre | Lien permanent | Commentaires (0)

05/08/2011

Festival des Alpilles


Samedi soir, les Irlandais(es) sont à Mouries !

 

 

http://www.festival.alpilles.fr/festi2011/mouries.html

 

 

Pomme dédicacera son livre:

"Les Alpilles au pas de l'âne"

Fred Oberson, icône-éditeur

fredoberson@ymail.com


 

01/08/2011

Un bon resto...

Ce soir, je me suis fait un bon resto pour marquer la fin des travaux de rénovation de notre cuisine !

Quelle idée stupide… pourquoi ne pas l’inaugurer, tester le nouveau four et son gratin de courgettes du jardin, rôtir une côte de taureau de Camargue sur la plaque à induction ? D’autant que ces nouvelles technologies consomment de moins en moins d’énergie pour compenser la hausse des tarifs de l’EDF. Paraît-il, c’est un argument de vendeur !

Une autre solution consistait à brûler quelques sarments de vigne pour griller une brochette d’agneau et quelques tomates rouge à cœur.

J’ai fait tout le contraire… non par dérision, mais pour récompenser mon épouse d’avoir dû cuisiner à la fortune du pot, le temps de travaux herculéens.

Honnêtement, j’avais un peu honte de la refaire cette cuisine, j’étais indigné, au fond de moi-même, d’être au resto, ce soir, alors que des milliers - des millions - d’Africains, en ce moment, crèvent la dalle ou crèvent tout court !