alpilles13 ALPILLES13

08/01/2012

"DESTRUCTION MASSIVE", suite et fin (faim)...

Le dernier livre de Jean Ziegler :
Destruction massive
Où la  Géopolitique de la faim, Editions du Seuil, 350 pages, 20 €


Pour vous permettre de découvrir le livre de Ziegler, j’ai inséré en gras et en italique les titres des chapitres dans un bref texte d’introduction.

Sixième partie : Les spéculateurs


La comparaison avec Les "requins tigres"  correspond bien avec les spéculateurs qui agissent à la Bourse des matières agricoles de Chicago. Leurs agissements de prédateurs consistent à conclure des contrats, à prendre des options d’achat et de vente à terme en fonction de l’offre et de la demande, de l’évolution des cours, misant sur les aléas climatiques, les excédents ou les mauvaises récoltes. C’est un métier à risque où certains laissent des plumes alors que d’autres amassent des profits considérables. Les requins tigres sont voraces et sans scrupules pour agir sur les marchés dérivés, notamment par le canal des Hedge Funds américains de sinistre mémoire. Pas étonnant que les prix mondiaux des céréales ont fait un bond vertigineux lors de la crise de 2008.


Pour participer au Forum économique de Davos, il faut être membre du Club des 1000 réunissant les maîtres du monde triés sur le volet qui paient un droit d’entrée annuel de 10.000 dollars. Lors du discours d’ouverture, en janvier 2011, il s’est agit de condamner les «spéculateurs» qui, par pur appât du gain, ruinent les marchés alimentaires et aggravent la faim dans le monde. Après 6 jours de séminaires, de conférences, de rencontres, de cocktails, de dîners… pour commenter la question, les décideurs de la planète ont décidé de ne rien décider… pendant que les requins tigres présents à ce rendez-vous annuel hypocrite affinaient leurs stratégies ! Et de se souvenir du livre de Jean Ziegler qui fit scandale en 1990 : « La Suisse lave plus blanc »…


Les banquiers suisses ne se contentent pas d’accueillir la fortune de milliers d’étrangers ou les 200.000 holdings enregistrées dans le minuscule canton de Zoug qui ne paient que 0,02% d’impôts ! Genève, capitale mondiale des spéculateurs agroalimentaires n’est pas à proprement parlé un paradis fiscal qui abrite des Hedge Funds ou des sociétés off-shore qui sévissent notamment sur la spéculation alimentaire mondiale. Ceux-ci sont enregistrés aux Bahamas, aux îles Caïmans, à Curaçao, à Jersey, etc. Ce qui s’y passe est beaucoup plus vicieux et anonyme car à travers ses banques, la plupart étrangères d’ailleurs, la Cité de Calvin administre et gère des fonds considérables qui échappent à tout contrôle, à toute fiscalité, aidée en cela par une armada de consultants et d’avocats. A Genève, les requins tigres ont encore de beaux jours devant eux avec l’aval du ministre écologique des finances !


Les déserts des pays du Golf ne nourrissent pas leurs hommes, sauf le pétrole qui les gave de dollars qui servent au Vol des terres, résistance des damnés. C’est le même scénario qui se répète avec la mainmise sur les terres arables comme avec celles de l’or vert. Pour un prix ridicule, avec bakchich à la clef, on expulse, on  vol des millions d’hectares de terre en Afrique pour y semer des plantes hybrides ou génétiquement modifiées. Le terme «win-win» (gagnant-gagnant) est utilisé par les prédateurs pour convaincre les populations qu’ils y gagneront au change, tout au plus des emplois harassants pour quelques dizaines d’habitants ! Les résistants sont interpellés, certains incarcérés…


Les idéologues de la Banque mondiale ont élaboré la justification suivante : les cultivateurs du Bénin, du Burkina Faso, du Niger, du Tchad, du Mali ne produisent en temps normal… que 600 à 700 kilos de mil sur un hectare alors qu’en Europe, 1 hectare produit 10 tonnes de blé ! CQFD.

 

Lors d’une assemblée du Conseil des droits de l’homme, à Genève, celle-ci devait se prononcer sur une Convention permettant aux paysans spoliés de défendre leurs droits à la terre. Après mains palabres, elle fut rejetée avec La complicité des Etats occidentaux, y compris la France pour ne pas porter préjudice à Bolloré, Vilgrain et autre Fruitière de Marseille !


Dans son dernier chapitre L’espérance, Jean Ziegler cite le Mahatma Gandhi : «Le monde a assez pour satisfaire les besoins de tous, mais pas assez pour satisfaire la cupidité de tous ». A mon humble avis, rien n’a réellement changé depuis Gandhi. Où donc Ziegler va-t-il chercher l’espérance ? Peut-être dans un proverbe chinois cité par Che Guevara : "Les murs des puissants s’écroulent par leurs fissures" !

Ziegler à BFM:

http://www.dailymotion.com/video/xn78vl_bourdin-2012-jean-ziegler_news

 

Voir ou revoir la vidéo de Jean Ziegler :

http://www.seuil.com/video-75.htm

 

Extraits:

http://www.seuil.com/extraits/9782021060560.pdf

14:35 Publié dans Livres | Tags : ziegler, livre, faim | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.