alpilles13 ALPILLES13

21/04/2012

Un deuxième tour inutile ?

Dimanche soir, les jeux sont faits, rien ne va plus !

Deux mois de campagne tout azimut durant laquelle une dizaine de candidats ont exposé en long, en large et en travers leurs programmes tarabiscotés.

Les électeurs ont eu droit à une logorrhée démagogique d’approximations, de promesses, de non-dits, de mensonges et d’hypocrisie crasse. De quoi les déboussoler !

Les candidats sont passés maître dans l’art de l’esquive face aux questions qui dérangent.

Reste donc en lice cinq partants susceptibles de recueillir de 10 à 30% des voix, totalisant 95%  des sensibilités du corps électoral.

Dans le meilleur des cas, le vainqueur du scrutin du premier tour ne représentera donc que trois électeurs sur dix et par déduction on peut quasiment le désigner comme le prochain président !

Une occasion d’éviter un deuxième tour répétitif et subir ainsi une série de punching-ball durant 15 jours… La cinquième République est en bout de course... un demi siècle, ça suffit, vive la sixième !

Durant 5 ans, sept citoyens sur dix seront, bon gré, mal gré, désabusés, frustrés et amers que leur « poulain » n’ait pas franchi la ligne d’arrivée en vainqueur. De quoi ravaler leur rancœur et leurs idéaux jusqu’à la prochaine joute.

Seul correctif souhaitable et maigre consolation pour les perdants, le résultat des législatives pourrait infléchir dans un sens ou dans un autre la politique du gagnant. Il en va de l'avenir de la France et des Français que l'on mette fin, une fois pour toute, à ce clivage gauche-droite !

Mais de cela, on n’en a curieusement guère parlé lors de cette campagne !  

Les commentaires sont fermés.