alpilles13 ALPILLES13

03/05/2012

Révoltons-nous contre la précarité de l’emploi et les salaires

 

(extraits)

Les entreprises font ce qu’elles veulent, elles uti­lisent toutes les ficelles juridiques pour assujettir le personnel à leur diktat.

Les CDI, ce sont des contrats « Kleenex » : on vous prend, on vous jette.

Les CDD vous fagotent des semaines de 25 à 30 heures ! Le travail temporaire vous emploie un jour par ci, deux jours par là. On sous-traite les tâches subalternes n’exigeant pas de qualification. Leurs exécutants, salariés précaires, sont employés apparemment par France ceci, France cela, par des services de voirie, de nettoyage, de gardiennage, par des multinationales, mais sont en réalité à la merci d’officines d’intermédiaires qui se remplissent les poches sur leur dos en pratiquant des marges de l’ordre de 40%, voire plus.

C’est une lapalissade d’écrire que le Smic court après le coût de la vie sans jamais le rattraper !

Même après des années de service, des millions de salariés n’ont pas démarré de leur salaire de base si ce n’est l’indexation fixée une fois l’an par le gouvernement. Dieu sait si elle ne compense pas le réel renchérissement ! Quant à l’augmentation proprement dite du traitement, elle est laissée au bon vouloir de l’entreprise.

Les témoignages sont légions de la radinerie patronale. Celui d’un guichetier de banque, par exemple, dont le salaire n’a progressé que de 500 euros en 30 années de service, d’un vendeur de supermarché augmenté de 50 euros en 10 ans !

Quels que soient l’âge et l’expérience, les petits métiers ont un prix plancher, le Smic, le minimum légal. Les patrons font cause commune avec le gouvernement et le Medef qui traite les travailleurs de « râleurs de la fiche de paye ! ».

voir le site : http://www.fredoberson.com

21:27 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

D'accord mais alors il faudrait revoir aussi notre manière de consommer. A savoir arrêter d'acheter moins chers et d'assumer les couts de ce que même le plus bénin des objects coûte.

C'est facile d'aller acheter chez Aldi et de revenir pleurer que l'on est mal payé. Les entreprises se disent "c'est le souhait du client", alors si le client veut consommer moins cher grâce à au mauvais salaire des employés, alors c'est ce qu'ils ont.

Écrit par : DdD | 04/05/2012

Les commentaires sont fermés.