alpilles13 ALPILLES13

17/06/2012

5/52 - Deux tours et puis s'en vont...

Le fort en gueule est au tapis. Il tombe de haut comme les sondages et soigne sa blessure d’amour propre. Pour s’en remettre, rien ne vaut une semaine de repos à Cuba et une cure de remise en forme au Venezuela. Pour le régime sec, la Corée du Nord est préférable au Nord-Pas-de-Calais. On l’aime bien ce tribun atteint de la maladie qu’il génère, la mélanchoniste aigue, ce mal qui consiste à pousser le bouchon trop loin et boire le calice jusqu’à la lie.

Les Français sont-ils des veaux ? En tout cas, de Gaulle n’aurait pas hésité à le réaffirmer au soir du premier tour des législatives. Les électeurs sont inconséquents : 40% d’abstention, le double de la présidentielle, au risque de ne pas donner la majorité à l’Assemblée à celui qu’ils ont élu. Les veaux sont restés dans les champs à brouter l’herbe folle de la cohabitation dans le pâturage d’en face. A lui de se démerder avec ses problèmes de cœur, avec ses députés, des verts et des rouges, pour approuver démocratiquement les lois qu’il propose.

Ça gazouille ! Le « gazouillis » est un chant léger, doux et confus qu’entonnent les hirondelles et les nourrissons. Mardi, le gazouillement s’est emparé des médias depuis qu’une hirondelle, fraîchement nichée sous les toits d’un palais du Faubourg-St-Honoré, a gazouillé sur un site numérique. Il semble que ce soit une affaire de nids, l’une des crécerelles ayant occupé le nid de l’autre ou vice versa. Des noms d’oiseau ont été prononcés entre les belligérantes et l’une d’elle passe pour une tête de linotte et l’autre pour une oie blanche. Le dindon de la farce, alias le coucou, en est quitte pour fustiger la bécassine, cet oiseau de mauvais augure.

« L’hirondelle ne fait pas le printemps, mais le chameau fait le désert ». (Citation de Alfred Capus)

Il est intéressant de noter que la traduction anglaise de « gazouillis » est « tweet » et gazouiller : « twiter » ! A ne pas confondre avec « tweeter », un haut-parleur destiné à reproduire les hautes fréquences… de nature à lézarder les murs de la République.

Edwy Plenel n’a pas son pareil pour discourir sur l’oiseau de malheur :

http://www.mediapart.fr/journal/france/140612/pour-en-fin...

Les jeux sont faits, rien de va plus ! Un deuxième tour pour des prunes puisque l’on connait déjà les résultats. La gauche est assurée de prendre d’assaut les fauteuils rouge du palais Bourbon provoquant un séisme chez les copains de Copé, ces vieux barons aigris qui rempilent et s’accrochent à leurs privilèges. Qu’ils mordent la poussière et l’on n’en parlera plus.

Rien ne va plus, non plus, mais c’est plus grave, dramatique du côté de la Grèce où le scrutin de dimanche fait trembler l’Europe avant de la faire s’écrouler avec l’aide de.la banque espagnole à tout va. Les Grecs sont arrivés au bout du bout. C’est le chaos, la chienlit, la misère quotidienne après des années la tête dans les étoiles européennes. Demain, la guerre civile. Qui faut-il incriminer ? Un peuple insouciant, un Etat en déliquescence, une église dominatrice et des armateurs qui se réfugient sur leurs navires battant pavillon de complaisance. A des degrés divers, ils sont tous responsables et les colonels de sinistre mémoire reprendront du galon.

Je ne vous ai pas tout dit…Quelque mitraille en réserve, ça peut servir la semaine prochaine. D’ailleurs, on n’en connait plus la durée ? Sept jours pour les sans-emplois, cinq pour les forcenés du boulot, quatre pour les écoliers. Dieu et le Vatican ont choisi six jours, le septième pour le repos, les parties fines, les offices et la quête.

Les commentaires sont fermés.