alpilles13 ALPILLES13

03/09/2012

16/52 - Les jeux "parapolytiques"

Que l’on ne se méprenne pas sur le titre de ce billet. J’ai de l’estime et du respect pour les handicapés et les jeux paralympiques auxquels ils participent en ce moment. Leur volonté d’être comme les autres malgré leur handicap force l’admiration.

En mémoire une époque juvénile durant laquelle j’ai été un impotent condamné de longs mois à la chaise à roulettes. Passe encore la souffrance physique mais psychiquement c’était dur-dur à supporter, à être regardé avec mansuétude, parfois avec gêne comme un être à part, une demi-portion d’homme. Mon mal n’était pas irrémédiable, je m’en suis sorti, je suis un rescapé. Mes pensées vont vers tous ces accidentés de naissance où de la vie qui ne seront jamais tout à fait comme les autres.

La trêve des vacances a pris fin, depuis une semaine, nous assistons à la débauche des « parapolytiques ». Ils n’ont pas d’handicaps physiques ces gens-là, bien au contraire, ils portent beau dans leurs costards sur mesure et se pavanent dans les chars de l’Etat. C’est dans la tête, du côté du cervelet que l’on détecte certaines anomalies, voire des maladies héréditaires politiquement transmissibles. Ma parole, ces écervelés ont un grain, amplifié par le soleil d’août qui leur est tombé sur la tête. Appelons d’urgence les psys pour leur remettre le ciboulot en place. Trop tard, le mal est endémique, irréversible à moins de leur changer la puce à crâne ouvert. Victimes de collisions électorales, certains mordent parfois la poussière mais il n’y a pas de dommage corporel à déplorer.

Chez les « parapolytiques », sans distinction partisane, chacun y va de sa diatribe, affûte ses coutelas, c’est à celui qui tirera le plus vite dans la cible de la connerie. Peu importe que leur diarrhée verbale macule le tapis de la République. L’enjeu, ce sont les médailles que distribuent les médias aux plus méritants. Face à cette folle surenchère, le président normal se fraye clopin-clopant son chemin de Damas…

Les commentaires sont fermés.