alpilles13 ALPILLES13

03/12/2012

28/52 - La revue du stress

 

 

 

 

Quelle semaine ! Le stress tout azimut s’est emparé de l’hexagone comme jamais. Les médias font des heures sup à tire le ragot pour couvrir une info de plus en plus stressante.

 

Tout cela commence par un beau dimanche d’automne, en rase campagne, au lieu dit : Notre Dame des Landes. Un pique-nique géant réunit plus de 40.000 fidèles, des écolos ou supposés l’être, dans les bois et les zones humides de cette belle région nantaise.

 

Il est parait-il question de détruire le nid des oisillons, de saccager la forêt pour accueillir de grands échassiers gris venus d’ailleurs. C’est à ne plus rien comprendre de la faune qui s’y trouve car, à part les noms d’oiseau, il s’agit d’un serpent de mer qui traîne dans les parages depuis une quarantaine d’année. Depuis le printemps, l’ornithologue en chef a d’ailleurs quitté la région pour sévir à Paris intra muros.

 

La date choisie n’est pas innocente car ce jour-là des clampins de la droite pure et de la droite dure participent dans leurs fiefs au tirage au sort de leur leader. Inutile donc de trier sur le volet les joyeux campeurs venus faire ami-ami avec les péquenots du coin.

 

Patatras dimanche soir, l’un des leaders sombre dans une crise hystérique sur le petit écran criant à tue tête : j’ai gagné, j’ai gagné, j’suis le premier !  Coup de théâtre mardi où l’on apprend que le perroquet de la Cocoe s’est mélangé les plumes avec l’outre-mer. Le vainqueur auto proclamé s’est fait voler son petit pain au chocolat par des sangs mêlés dont il fait partie. Rien n’y fait, impossible de raisonner « l’autre voyou de la République » comme l’écrit Marianne. Depuis une semaine, la moitié de la France est atteinte d’une attaque de stress virulente. On fait appel au bon docteur de Bordeaux qui doute d’enrayer le mal.

 

Une semaine de fous, tant à droite qu’à gauche. Les hommes du pouvoir paniquent à leur tour pour ne pas laisser l’opposition en première ligne de l’actualité. Une fois de plus, le Hollandais de service pète les plombs en accordant la liberté de conscience aux maires sur le mariage gay, pour se rétracter le jour d’après. OK, ça fait deux télés ! Et de s’enfuir à Bruxelles, deux jours de perdu, pour ne pas sauver la paysannerie française.

 

Les paysans, le Rastignac de l’intérieur s’en charge en envoyant sa horde de gendarmes détruire à coup de bouteurs de feu et de bulldozers les masures de ces bergers d’un monde meilleur. La bonne mère des Landes s’en émeut et, par miracle, convainc le pouvoir des mécréants de surseoir à toute action destructrice, à commencer par la leur.

 

Pendant ce temps-là, l’ancien stressé de la République. lui aussi un voyou, passe « gentiment » à tabac durant douze heures. Mais le stress astreint celui qui en est atteint à mobiliser ses défenses pour faire face à une situation menaçante. CQFD

Commentaires

Excellent,voilà le genre de gazette qu'on aimerait pouvoir lire tous les jours.Seule la dérision permettra de survivre au naufrage des socialistes,les seuls d'ailleurs à être convaincus de la justesse de leurs propos

Écrit par : lovsmeralda | 03/12/2012

Les commentaires sont fermés.