alpilles13 ALPILLES13

06/12/2012

29/52 – Droit dans le mur ?

 

 

 

La France va-t-elle droit dans le mur ? A moins d’un coup de barre à gauche, le gouvernement Ayrault en a pris le chemin. Le weekend passé, il s’est heurté au mur d’acier dressé à Florange par Mittal, allant jusqu’à redresser les brettelles d’un ministre en perdition. Parions que Montebourg s’est rappelé le coup de gueule du « Che » en février 1983 : « Un ministre, ça ferme sa gueule. Si ça veut l'ouvrir, ça démissionne. » Mais de démission nenni… il a déjà perdu sa copine, il ne va pas jeter son portefeuille aux orties. Max la menace, alias Arnaud, s’est fait prendre de vitesse par le ferrailleur indien qui a mis 20.000 emplois dans la balance. KO debout, mais encore en place jusqu’au prochain couac.

 

La décision du Premier ministre de renoncer à la nationalisation d’ArcelorMittal  sème la zizanie à gauche et surprise… à droite aussi. A une question pressante de Patrick Cohen à Aurélie Filippetti sur France Inter, celle-ci déclare que la parole de Mittal ne vaut rien, qu’on ne peut pas lui faire confiance. Et d’ajouter, embarrassée : « J'ai une confiance absolue dans le président de la République et dans la vigilance qu'il exercera sur ce dossier ». Mieux vaut faire confiance à Dieu le fils qu’à ses saints avec lequel, deux heures plus tard, elle inaugure le Louvre de Lens. La reconversion des bassins miniers est en marche, Metz avec le Centre Pompidou, Lens avec le Louvre, les ouvriers en gardiens de musées.

 

Les hauts fourneaux sont éteints. Peu de chance d’être rallumés avec le célèbre briquet de feu le baron Bic. La Commission de Bruxelles va supprimer la taxe antidumping sur les briquets chinois vendus déjà au tiers du prix de l’allumeur français. Il ne nous restera bientôt que les pointes Bic pour écrire les mésaventures d’une France qui va droit dans le mur des lamentations populaires.

Commentaires

Article très révélateur d'un pays qui va en effet dans le mur en espérant que cela ne fasse pas boule de neige .Comment osent-ils encore se présenter ces élus ? Ce sont de tristes sirs qui n'hésitent pas à plonger des gens dans la pauvreté prétextant n'importe quoi pour faire croire à l'austérité.
Un journaliste dont je n'ai pas retenu le nom a désavoué même sa présence lors d'un journal télévisé dégouté de devoir commenter l'innaceptable
La France aurait-elle la prétention de vouloir plonger l'Europe toute entière dans la crise? c'est plus un étendard bleu ,blanc et rouge c'est celui de la crise le seul mot désormais imposé même aux ministres.Ou sont- ils tellement pris par ces stupides jeux de rôles qu'ils ne se rendent même plus compte de ce qu'ils font ou qui ils sont vraiment,ou tous à la porte d'Alzheimer allez savoir

Écrit par : lovsmeralda | 06/12/2012

Ce soir, lors de l'émission des "Paroles et des Actes" sur France 2, Manuel Vals n'a fait que mentionner la crise pour justifier son action et celle de son gouvernement qui n'a de socialiste que le nom !

Écrit par : Fred Oberson | 06/12/2012

Effectivement, nous en sommes tous ici persuadés....

Écrit par : Belloy | 09/12/2012

Mais comment voulez-vous qu'un pays dont plus de 25% des actifs sont fonctionnaires, qui n'a jamais eu de budget équilibré depuis 1945, qui n'a su vivre qu'en dévaluant sa monnaie et qui ne peut plus le faire aujourd'hui, comment voulez-vous qu'un pays dont le budget de l'Etat est pharaonique (Grandeur de la France oblige) et dont l'administration gargentuesque et sa dette absorbent la majeur partie de ses revenus, comment voulez-vous qu'un pays puisse s'en sortir alors que ses taxes et son organisation du travail plombent toute son économie ?
Comment voulez-vous que dans de telles conditions la France puisse s'en sortir alors que selon la bonne habitude de sa classe dirigeante "il est temps de ne rien faire et d'attendre que les autres le fassent pour nous"

Écrit par : Lambert | 10/12/2012

Les commentaires sont fermés.