alpilles13 ALPILLES13

24/12/2012

32/52 - Jésus était-il antisémite ?

 

 

 

Je vais m’attirer les foudres du Ciel, des Chrétiens, des Juifs et sans doute aussi des Arabes qui sont aussi de descendance sémite. Parlons franc. L’antisémitisme ou l'antijudaïsme puise essentiellement ses sources dans l’enseignement chrétien dont Jésus, ses apôtres et les évangélistes sont à l’origine à travers le Nouveau testament.

Communément, on attribue cette haine ancestrale des Chrétiens envers les sémites à la crucifixion du fils de Dieu. Il a fallu attendre le Concile Vatican II, terminé en 1965, pour que l’Eglise catholique supprime l’accusation de déicide contenue dans la prière du Vendredi saint.

Depuis l’avènement du christianisme, « Le Peuple juif » a été assimilé à une « race » comme s’il était différent des autres humains… Certains continuent d’affirmer qu’être juif c'est bien plus que suivre une religion, c'est appartenir à une race spécifique, la descendance de Jacob !

Jésus a été un juif pur et dur qui lisait les Ecritures à la synagogue. Puis il a été influencé par Jean-Baptiste qui prétendait qu’il ne suffisait pas d’être israélite pour être sauvé si l’on n’était pas purifié de ses fautes par le baptême.

Selon Jésus, la venue du Messie est proche, il est urgent d’agir pour combattre le mal. Le Nazaréen s’insurge contre sa propre religion et il s’entoure de disciples pour prêcher la bonne parole. Il revisite la Torah, condamne le meurtre, l’adultère et la convoitise. La loi du talion est abrogée en un message d’amour et de non-violence. Il soigne les malades pour combattre le judaïsme qui attribue la maladie à une punition divine. En accueillant à sa table les pauvres, les femmes, les mécréants, il fustige la pratique sectaire de pureté et d’exclusion des Pharisiens. Malgré ses provocations, sa critique et sa remise en question du judaïsme, le peuple est acquit à ses thèses.

Ce n’est pas le cas du Grand prêtre, des Sadducéens et des autorités romaines que l’agitateur tourne en ridicule en menaçant l’identité juive. Trop, c’est trop. Son dernier coup de force, sur l’esplanade du Temple où Jésus renverse les tables des changeurs et chasse les marchands, le conduira à la crucifixion.

Aujourd’hui, celui qui critique, fustige et brise les Tables de la Loi de Moïse et, par là même son peuple, comme l’a fait le Nazaréen, est accusé d’antisémitisme notamment parce que depuis deux mille ans on a fait l’amalgame entre la judaïté et l’idéologie raciste.

Commentaires

Les chrétien ont même été jusqu'à changer son prénom, il s'appelait Jehoshua !

Il ne reste que 3 évangiles sur 17, sans parler des fragments de l'vangile de Juda récemment mis à jour !

Sur ces 3 évangiles, pas un ne contredit pas l'autre, si l'on prend en compte les extraits inchangés de l'évangile de Juda, les 3 autres paraissent encore plus contradictoires aux versions "officielles" !

Alors les montages montés de toutes pièces sur des mythes babyloniens, égyptiens et zoroastres par les décadents de la Rome antique, seront bientôt oubliés !

Écrit par : Corto | 26/12/2012

@F.Oberson,je ne sais pas si la foudre va s'abattre sur vous ce que je sais parcontre c'est la sincérité de mes souhaits afin que 2013 soit pour Vous une très bonne année

Écrit par : lovsmeralda | 30/12/2012

Sur le plan historique, vu que c'est - presque à raison - hyper-sensible de prononcer quelque phrase qui contienne le terme "juif", ça ne portait que du mauvais fruit, cette dénomination. Mais bien comprise, l'idée devait pointer la belle et terrible liberté de l'humanité face à Dieu, si même le peuple élu peut tuer Dieu. Ceux qui lisaient les actes du concile de Trente savaient que c'est en réalité une mise en garde pour toute personne qui se réclame de Dieu, y compris les chrétiens.
Mutatis mutandis, c'est aujourd'hui les chrétiens et les hommes de bonne volonté qui doivent se sentir interpellés par ce coup de pied au coeur.

Écrit par : Sérum | 17/01/2013

Les commentaires sont fermés.