alpilles13 ALPILLES13

16/01/2013

35/52 - Les hétérosapiens dans la rue…

 

 

 

Les deux Amantes, Toulouse-Lautrec, 1894Les deux Amantes, Toulouse-Lautrec, 1894

 

Ils étaient donc près d’un demi-million à défiler dans Paris pour protester contre « le mariage pour tous ». Selon leurs diverses croyances religieuses, ils ne savent plus très bien s’ils descendent d’Adam et Eve, de Jacob, d’Allah ou de Cro-magnon. Accordons-leurs le bénéfice du doute puisqu’ils en sont encore à différencier, au plan légal, l’homosexualité de l’hétérosexualité. Ces termes sont d’ailleurs très mal choisis et remplaçons « sexualité » par « sentimentalité ». L’attirance, le désir, l’amour de l’autre sont d’abord d’ordre affectif, sentimental avant d’être sexuel. Qui n’a pas éprouvé dans son adolescence des sentiments amoureux pour un copain ou une copine de classe ?

On peut comprendre que le terme « mariage » sensibilise les catholiques puisqu’il est l’un des sacrements, instauré par l’Eglise au concile de Latran en 1215, pour célébrer l’union de l’homme et de la femme. Cela ne date pas d’hier !

Un statut légal identique pour les « homosentimentaux » n’est-il pas revendiqué en occident depuis la fin du 19ème siècle ? Pour ménager les susceptibilités, le terme « union » est cependant mieux adapté car il n’a pas de connotation religieuse.

Par ses tergiversations, le Gouvernement a fait tout faux. Ce qui devait être un succès pour la gauche se transforme en une véritable cacade.

On la met ou pas la PMA, la procréation médicale assistée ? Et la GPA, la gestation pour autrui, aux oubliettes ? Il n’y a pas de raison qu’un couple masculin n’ait pas aussi le droit à la paternité en louant un ventre de femme... Chacun à son tour !

Le gaffeur en chef pète les plombs en accordant la liberté de conscience aux maires sur le mariage gay, pour se rétracter le jour d’après. Comment voulez-vous que le peuple s’y retrouve dans cet embrouillamini ? En réalité, l’homophobie pointe son nez au détour des boulevards.

Rendez-vous le 27 janvier à Paris, y aura-t-il autant de monde pour soutenir, au pays des Droits de l’Homme, cette réforme sociétale ?

Rendez-vous le 29 janvier à l’Assemblée Nationale pour décompter les députés qui auront le courage de soutenir le Gouvernement à leur corps défendant ?

Commentaires

C'est vous qui parlez d'homophobie. En réalité, il y a des homos dans les manifs contre le mariage. Marier signifie apparier les deux termes d'une unité. Et plus précisèment pour les humains, en vue de créer une famille, en se basant sur une évidence biologique. Les constructions méta-intellectuelles sur ce sujet ne font qu'amener de la confusion. Et le droit des enfants d'être élevés par un père et une mère, pour des questions de représentation psychologique, doit être préservé. Il ne le sera pas parce que la France n'est pas un pays démocratique, parce que le peuple ne sera pas consulté sur cette question.

Écrit par : Géo | 16/01/2013

Ils étaient deux demi-million à prendre le droit de dire ce qu'ils pensent. On leur a volé le débat. Depuis, les extrémistes de tous poils les insultent depuis lors (avant aussi !) prouvant par là même ce que nous savions tous depuis quelque temps : le fascisme a été sorti par la porte au XXèmes, il est, depuis, rentré par la fenêtre.

Écrit par : MM | 16/01/2013

"remplaçons « sexualité » par « sentimentalité »"
Les profs de biologie vont avoir quelque souci pour refondre leurs cours. Faudra-t-il aussi expliquer la rencontre entre un ovule et un spermatozoïde par un processus fondé sur la "sentimentalité"?

Écrit par : Mère-Grand | 22/01/2013

Les commentaires sont fermés.