alpilles13 ALPILLES13

23/02/2013

39/52 - Révoltons-nous contre le sort des agriculteurs

Ça eut payé, mais ça ne paie plus ! Et ça perd de plus en plus souvent… Tous les secteurs de l’agriculture sont sinistrés depuis des années : la production laitière, celles de viande, de céréales, de fruits et de légumes. Seule la viticulture échappe, selon les régions, au jeu de massacre, mais que reste-t-il au vigneron lorsqu’il doit écouler son vin de pays à moins d’un euro le litron ?

L’Etat fixe bien le prix des carburants en accord avec les pétroliers, celui du tabac avec les pourvoyeurs de la mort ! Mais c’est tout bénéfice pour le Ministère des Finances puisque ces produits sont grevés de taxes équivalant aux 3/4 du prix de vente. Pourquoi le Ministère de l’Agriculture ne fixerait-il pas un prix plancher pour les produits de la terre en concertation avec les syndicats d’exploitants ? Il en va ni plus, ni moins de la survie des agriculteurs dont les effectifs diminuent d’année en année comme peau de chagrin, faute de gagner dignement leur vie. Toute proposition d’augmentation des prix se heurte à l’objection qu’il est impossible de concurrencer les importations étrangères à moitié prix.

Au diable les technocrates de Bruxelles ! Il serait indispensable de rétablir des quotas modulés selon la qualité des produits et les saisons de production. Au diable les centrales d’achat qui font la loi, fixant les prix en dessous du seuil de rentabilité. Après moult tergiversations, quand les tracteurs sont dans la rue, le gouvernement finit par intervenir au coup par coup avec des reports d’échéances fiscales, voire un abattement partiel des charges sociales. Hollande a obtenu 10 milliards de Bruxelles alors que l’agriculteur ne touche que des clopinettes. Les subventions européennes favorisent les gros exploitants au détriment des petits !

(Cet article a paru dans le livre : Révoltons-Nous… Bon Sang !)

Pour l’obtenir par téléchargement :

http://librairie.i-kiosque.fr/revoltons-nous-bon-sang.htm...

ou sur :

www.fredoberson.com

10:47 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Les agriculteurs sont une espèce en voie de disparition. Sauvons les avant qu'il ne soit trop tard et qu'il n'y ait plus sur nos table que des produits industriels.

Écrit par : norbert maendly | 23/02/2013

Très bon article et qui arrive à point nommé
Vous avez raison qu'ils aillent tous au diable Vert ceux de Bruxelles.Ceux là mêmes qui usent avec jouissance extrême de l'arme absolue de l'enfance à protéger et surtout son avenir avec pour seuls buts de rendre logiques leurs programmes, ceux-là mêmes qui détruiront moralement et psychologiquement ceux qu'ils prétendent diriger pour leur brosser un avenir plus radieux que celui offert par leurs anciens.
Désolée mais quand on voit l'Etat social Belge on se tait et on fait de l'ordre chez soi avant d'aller mettre son nez ailleurs.
Pour ceux qui en doutaient,écouter les chansons de Guy Béart chantant déjà en 70,tous dans la m...depuis on a continué à s'y enfoncer et elle a de plus en plus une odeur que nos anciens auraient déjà sentie depuis longtemps
.A croire qu'en créant l'UE c'était ré-ouvrir une porte pour y laisser en toute impunité les néo nazis revenir narguer les dirigeants en place et qui par frousse n'osent leur résister,ah qu'elle est belle cette union européenne tandis que nos agriculteurs eux voient des limite imposées par des techocrates les mêmes qui les ont obligé à développer des produits Bio pour mieux les exploiter ensuite mais pour eux seuls.
On dira aux consommmateurs c'est à vous qu'il appartient de réagir,mais on sait que le stress imposé par l'informatique et tous ces gadgets virtuels qui risquent bien d'être encore imposés par Bruxelle anéantiront toute envie de réagir.Quand on veut faire plier le peuple tous les stratèges sont bons même la fausse propagande utilisée par de nombreuses sectes animalières qui ont mis au pilori des agriculteurs n'ayant jamais sauf un et vu par hasard maltraité leur bétail.

Écrit par : lovsmeralda | 24/02/2013

Les commentaires sont fermés.