alpilles13 ALPILLES13

23/03/2013

HABEMUS TAM-TAM…

 

 

 

 

Quel tam-tam pour le papam François !

Quel numéro va-t-on affubler ce pape là ?

Il y a le choix entre le « uno » et le 266.

Ça tergiverse au Vatican au moment de remplir le ticket gagnant.

Au palais, les cardinaux jouent à la marelle.

Attention à ne pas commettre un crime de lèse-majesté avec un roi Capétien, pionnier de la Renaissance, un Bourbon pur malt.

Réveille-toi Grégoire, le premier François, il est d’Assise, celui qui parlait aux oiseaux. A ne pas confondre avec celui qui écoutait les généraux argentins.

D’ailleurs, c’est aussi un rital d’origine, une manière habile de botter en touche comme Maradona.

Au diable les chiffres romains, à la Xème grappa les calottes rouge chantent à tue-tête : il est des nôtres le Francesco !

Quelle idée de franciser son prénom, de le confondre avec le nôtre, l’ancien, celui qui portait la francisque. Ce François là, Dieu en personne, n’avait pas besoin d’un pape pour parler à ses sujets.

Notre François actuel, le vrai, enfin le normal, sans mitre ni auréole, est en pétard avec les chiffres ou l’inverse. De 51 en mai, il est à 31, dix mois plus tard. Comment se soustraire aux pourcentages communiquant, à l’indice de performance ? Un vrai casse-tête ce zéro pointé pour tous les énarques qui l’entourent. De quoi recentrer l’arithmétique avec le Béarnais, un autre François qui rue dans les brancards de son sulky.

Le tam-tam résonne à travers le monde : tous à Rome les gars, les Musulmans, les Juifs, les Hindous, les Calvinistes, les politiques de tous bords y compris les dictateurs, pour fêter la Saint Joseph en grande pompe ! Manque à l’appel son fils, le Palestinien de Nazareth… Au lieu de le citer à tort et à travers, mieux vaudrait le ressusciter !

06/03/2013

Le Drian : motus et bouche cousue

 

 

 

Ou l’art de prendre la parole pour ne rien dire mardi matin, en direct sur BFMTV et RMC.

Une interview du populaire Jean-Jacques Bourdin pour des prunes. Mais que ne ferait-on pas pour passer à l’antenne de Bourdin & Co !

Comme à son habitude, le journaliste vedette de la chaine a bien essayé d’extirper quelques précisions sur le sort des otages et l’éventuelle mort des chefs terroristes.

Pas étonnant qu’un ministre de la grande muette soit sur la défensive, mais pourquoi donc parader sur l’antenne et dire : « tout laisse penser qu’ils sont vivants… avoir des informations sur leur possible lieu de détention », affirmant à deux reprises qu’il n’en dirait pas plus ! Silence radio.

Sauf que sa principale source d’information vaut son pesant de cacahuètes : « Je pense que si les otages avaient été tués les ravisseurs l'auraient fait savoir. » A une question de Bourdin, la confusion du ministre est totale : « Vous les appelez ce matin ? », a demandé le journaliste. « Je le ferai au téléphone », a répondu Jean-Yves le Drian. « Vous les avez au téléphone ? » a poursuivi le journaliste. « Absolument pas, je ne vous dis rien », s'est repris le ministre, comme s'il en avait déjà trop dit.

En voici en un qui va se faire taper sur les doigts, mais consolons-nous, nous avons la meilleure armée du monde !

La vidéo :

http://www.bfmtv.com/politique/drian-si-otages-avaient-et...