alpilles13 ALPILLES13

16/12/2013

La « passe » trépasse !

Pour lutter contre la prostitution, la France pénalise les consommateurs d’amour tarifé. Grosso modo le prix de la passe est multiplié par quinze, trente, voire cinquante pour une pipe à la sauvette. Une gâterie devenue inaccessible pour les chômeurs et les smicards. Voici donc venu le temps des « branleurs » et, plus grave encore, celui des violeurs en puissance. Tiens, la loi ne dit rien si les parlementaires, venus en séance à Paris, bénéficient de l'îmmunité sur leurs éventuels péchés de chair...

Dans les hôtels de luxe parisiens, le prix de l’Escort-girl, amende comprise, est parait-il inclus dans le tarif prohibitif. La seule manière d’éviter que les riches clients s’en aillent sous des cieux plus cléments, à Genève ou Zurich. Car la Suisse pudibonde autorise légalement la prostitution à grande échelle. Histoire de compenser l’abandon progressif du secret bancaire !

Dépêchez-vous, il y a encore des possibilités sur Paris, ICI, en attendant que la loi soit promulguée au Journal officiel.

Pour enrayer le trafic de stupéfiants et mettre à genoux les dealers, le ministère de l’Intérieur concocte une loi similaire pour amender les consommateurs. Marseille serait la ville test avant d’étendre ces mesures à la banlieue parisienne.

Pôle-emploi est chargé de recruter et de former des agents verbalisateurs.

Les commentaires sont fermés.