alpilles13 ALPILLES13

08/11/2014

La Toussaint n'est pas la fête des morts

 

 
L'inscription de la fenêtre Post Tenebras Lux des Baux-de-Provence

L'inscription de la fenêtre Post Tenebras Lux des Baux-de-Provence

On a tendance à confondre le premier jour de novembre – la Toussaint - avec le deuxième  qui est la fête des morts. Donc les cathos honorent leurs saints et le lendemain leurs chers défunts qui ne sont pas tous des saints, même s’il y a de fortes probabilités qu’ils soient au Paradis.

Il semble qu’au fil des ans cette fête – le mot est mal choisi - revêt de l’importance à voir les centaines de chrysanthèmes sur l’étalage des grandes surfaces. Tout est prétexte à faire du commerce pour ces marchands sans scrupules. Le business de la mortalité ne subit pas la crise, il est planifié au pourcent près par les pompes et leurs œuvres, en particulier le crématoire dernier cri ayant remplacé les églises et le cimetière.

En matière de cercueils, la dernière nouveauté nous vient de Nîmes où un petit malin, bien nommé « Clapié », a innové ces boîtes en bois en les colorisant, en revêtant le couvercle de la photo du cher défunt, de son métier ou de son dada favori.

Selon le désir du mort encore vivant, il peut prendre une option pour vivre éternellement sa mort en compagnie d’une star, d’une actrice ou d’un sportif célèbre. Ici, dans le pays des supporters de l’OM, un modèle de série aux couleurs du club marseillais va bientôt voir le jour. Ne reste plus qu’à sonoriser le cercueil pour suivre les matchs en direct ou écouter le requiem de Mozart en boucle.

Les commentaires sont fermés.