alpilles13 ALPILLES13

28/01/2015

Ne dites jamais : « Je suis djihadiste »…

 

Il est vivement déconseillé de prononcer cette phrase par bravade devant des camarades, l’un deux s’empressant de colporter votre saillie au poste le plus proche comme au temps de la collaboration. Aussitôt la flicaille se met en branle, votre portable et tous vos supports internet sont mis à l’écoute, surveillés et bloqués. Dans l’heure qui suit, une armada de policiers cerne le campus, enfonce la porte de votre chambre, vous arrête, vous menotte et vous embarque en justice immédiate. Pendant ce temps-là votre habitat est mis à sac, on cherche des preuves.

Inutile de vous défendre, vous êtes condamnés d’avance entre six mois et cinq ans d’enfermement, pour «apologie publique du terrorisme»,  le temps de passer au crible votre vie, vos relations, vos amours. Un indice flagrant, vous n’étiez pas dans la rue, dimanche 11 janvier, à la suite de ces chefs d’Etat compromis et hypocrites dont certains, de retour au pays, notamment le roi Abdallah II de Jordanie qui a qualifié Charlie Hebdo d«irresponsable et inconscient».

 Et si par malheur, vous êtes allés en voyage d’étude organisé dans un pays arabe vous êtes d’entrée catalogué comme « terroriste dormant ». Votre seule chance de sortir de prison, vous êtes français depuis trois générations et Guantamo n’a pas encore de succursale en France.

Depuis les tueries des 7 et 9 janvier, c’était mercredi, il y a trois semaines, la panique s’est emparée de la France à tous les niveaux. Les médias se sont rués sur cet événement tragique, laissant de côté d’autres crimes en Syrie, en Irak, au Nigéria faisant des victimes innocentes par centaines. Paris touché en plein cœur, il fallait bien que l’État réagisse, reprenne la main, comme pour excuser les failles de ses services de renseignements.

A l’initiative de François Hollande, un consensus s’est établi entre les partis durant quelques heures, le temps que remonte la côte de popularité du président. Où va la France dans cette chasse aux sorcières, cette justice expéditive - des dizaines de condamnations - qui bafouent les droits de l’homme ? Un écolier de 8 ans inquiété, blackboulé à Nice, la ville d’Estrosi et de la Stasi * !

Des millions de citoyens, toutes tendances confondues, se sont levés pour défiler dans les rues et dénoncer ces crimes atroces, la liberté de presse baignant dans le sang de ceux qui la défendaient. Mais étaient-ils tous sincères, ces gens-là, à pleurer Charlie, les juifs et les policiers victimes de leur devoir. Parmi cette foule immense, n’y avaient-ils pas des milliers d’islamophobes ayant saisi l’opportunité d’exprimer leur rejet de l’islam ?


* (Complément du 29 janvier 2015)

http://www.mediapart.fr/journal/france/290115/ahmed-8-ans...

Commentaires

Un enfant qui a osé se déclarer non Charlie Hebdo et pour le terrorisme sera présenté aux juges... Un enfant de huit ans!
Aux temps des contes de fées sorte de rite contés aux enfants en respectant les textes, naguère, l'enfant qui se serait identifié à une marâtre, un ogre ou le Grand Méchant Loup aurait attiré l'attention et, en cas de répétition ou récidive aurait porté la parenté à poser la question du ressenti de l'enfant soit à un instituteur, le médecin de famille éventuellement le pasteur. Mais juger puis condamner un enfant de huit ans une fois de plus devrait attirer notre attention sur la manie des lois nouvelles et de plus en plus fréquentes "non en rapport avec le vécu des uns parce qu'arrangeant le vécu des autres". En ces temps où des jeunes partent se former djihadistes un enfant de huit ans peut entendre n'importe quoi par n'importe qui et avoir été convaincu si, par exemple, il entend que tel jeune étant au chômage ou écoeuré par ceci ou par cela "réagira"! en partant se faire adouber djihadiste... L'enfant en question, rentré chez lui après la rencontre avec ses parents et la direction de l'école, avant cette rencontre, s'était-il entendu menacé de tout, enfer y compris, au cas où il dirait qui de ses proches ou camarades se prononce ou s'était prononcé en faveur du terrorisme?

Écrit par : M.B. | 30/01/2015

Les commentaires sont fermés.