alpilles13 ALPILLES13

09/11/2015

L’homme n’est pas de gauche

L’homme par nature n’est pas de gauche. S’il le prétend, c’est la conséquence de l’histoire, du bourrage de crâne, il est de gauche par défaut.

Auparavant, à l’époque de la royauté, de la noblesse, il n’y avait ni droite, ni gauche mais la plèbe, les serfs soumis et corvéables à merci.

Après le siècle des Lumières, de la Révolution française de cet espoir d’une vie meilleure, le citoyen, cet inconséquent, a viré sa cuti en accordant successivement sa confiance à un empereur, à des rois, à des colonisateurs et à un maréchal félon.

Aujourd’hui, de part le monde, les milliards de crève la faim ne sont pas de gauche, comme on l’entend en occident, mais les victimes de régimes et de dictatures cruelles et anti humanistes.

Tout d’abord, ces peuples doivent lutter pour survivre au propre et au figuré. Il n’est pas nécessaire d’être de gauche pour se rebeller avec des moyens dérisoires aussitôt écrasés dans le sang par l’armement de pays soi-disant socialistes.

Donc, ce n’est pas dans le tempérament de l’homme d’être de gauche, car, une fois sorti de son marigot, il aspire viscéralement à un mieux être matériel dont la droite est l’exemple. Par le progrès social, la consommation, la droite s’auto alimente, se maintient quasi automatiquement, quand elle ne progresse pas.

A quelques pour cent près, l’Assemblée nationale bascule tantôt d’un côté, tantôt de l’autre, remettant en cause tout programme cohérent et d’avenir. C’est la foire d’empoigne qui déroute les électeurs et favorise l’abstention.

Après l’échec du communisme, le socialisme n’a pas vraiment trouvé sa voie, il est l’objet en son sein de multiples convulsions. Les masses populaires ne lui font plus confiance, elles stagnent  dans une pauvreté relative, elles perdent tout espoir de devenir « riches » et se jettent bon gré, mal gré, dans le populisme de droite !

Commentaires

Très bonne réflexion ! Je crois qu'aujourd'hui, nous sommes au-delà de gauche/droite. Je pense que nous vivons une époque dans laquelle une grosse poignée de psychopathes a déclaré la guerre aux gens normaux et que tout ça va mal finir si nous ne réagissons pas.

Écrit par : Pierre Henri | 11/11/2015

Je pense que c'est faux car il ne peut y avoir démocratie sans libre opposition, ceci pour la simple raison que dans la majorité acquise à la liberté de commerce, existent des abus. Le problème c'est effectivement de définir quelle gauche ?

Normalement le monde ouvrier devrait avoir la possibilité d'être représenté au niveau politique, le problème c'est qu'il ne l'est que par des non ouvriers, ce qui n'est pas juste. D'autant plus que l'esprit ouvrier, par son intelligence, son pragmatisme offrirait beaucoup au Parlement.

Mais notre système démocratique interdit pratiquement toute représentation ouvrière.

Si je me trompe, merci de m'indiquer les noms d'ouvriers au Parlement.

Écrit par : Christian Favre | 17/11/2015

Entièrement d'accord avec vous. On ne peut plus parler d'un système démocratique puisque le peuple n'a pas la place qui doit lui revenir.

Écrit par : Fred Oberson | 17/11/2015

Les commentaires sont fermés.