alpilles13 ALPILLES13

30/11/2015

Le carrousel des Mercedes au Bourget

Ce matin, je me suis mis dans la tête d’un Parisien, me posant une question existentielle : j’y vais ou pas au boulot ? Au lieu d’affronter les bouchons, me les geler en attente du train de banlieue, j’ai opté pour la couette et le zapping d’une télé en boucle à l’autre. On n’a pas souvent l’occasion de boire son petit noir avec de tels personnages hauts en couleur.
 
C'est la parade des hypocrites, ces chefs d’Etat qui se les roulent dans de grosses bagnoles. Pas l’ombre d’un véhicule hybride ou électrique dans ce cortège fantôme. Les fabricants français font grise mine avec de rares Peugeot-Citroën et Renault, Volkswagen est absent de la parade, et pour cause ! Pour la petite histoire. un visiteur malin s’est vu refuser l’accès avec une trottinette et le Japonais a troqué sa Toyota contre une Mercedes comme Tsiparas qui l'a achetée à crédit à Frau Merkel !

La plupart des dirigeants n’en ont que faire de COP 21, comme des protocoles de Kyoto et de Durban qui sont passés à la trappe. Leurs intérêts nationalistes immédiats priment le devenir de la planète à l’horizon 2050, car ils auront disparu du monde politique, morts et enterrés avant que la mer envahisse leurs terres ! D’ailleurs, sur la pression des rois du pétrole, le terme « énergie renouvelable » a été banni de la conférence.

De grands hommes par la taille ces chefs d’Etat, ils dépassent Hollande d’une bonne tête. Les femmes se comptent sur une poignée de main et la Suissesse a dû déposer son couteau suisse au vestiaire. A ne pas confondre avec le Festival de Cannes !

Après l’arrivée de Obama et du Chinois, certains ont été frustrés de ne pas être accueillis, à la descente de leur carrosse, par Hollande, le temps d’une pause café, pendant que la « vice-présidente » Royal assurait l’intérim. On se congratule, on s’embrasse, on se serre la louche, celle du secrétaire de l’ONU est très parkinsonienne. Un seul baise main, très british, du prince Charles. Le pape François a fait faux bond, il reste à Bangui, la laïcité est de mise, car comment bénir une foule multi confessionnelle sans fomenter une Xième guerre religieuse.

Le problème climatique est simple à résoudre.

Lors de la séance protocolaire de dimanche, un délégué de l’archipel polynésien de Tuvalu - 26 km2, altitude 5m - a rêvé à voix haute :

"Si nous sauvons Tuvalu, nous sauvons le monde entier"

On peut dire de même de la Camargue dont certaines terres sont en dessous du niveau de la mer.

Commentaires

Il est a craindre en effet que, tant que le monde de l`argent et du profit -concretement les multinationales- dominera insidieusement la politique, les promesses quant au climat et a l`environnement ne soient guere suivies d`effet. En attendant, les déserts gagnent du terrain en Afrique et chassent des populations entieres dans les mégalopoles de la misere d`ou la prochaine est l`immigration vers l`Europe (comme quoi, tout est lié).

Écrit par : joachim murat | 02/12/2015

Les commentaires sont fermés.