alpilles13 ALPILLES13

07/07/2016

Arles : les comptes d’Hoffmann !

A ne pas confondre avec la folie des contes d’Hoffmann, L’Envolée Lyrique de Jacques Offenbach, à voir au château de l’Emperi à Salon-de-Provence.

Lundi 4 juillet, Arles a fêté son « Independence Day » avec les Suisses, logique pour un pays qui se distingue du reste de l’Europe par son indépendance, sauf pour les arts !

Maja Hoffmann, richissime helvète, accueillait Audrey Azoulay, ministre française de la Culture et son équivalent suisse, le conseiller fédéral Alain Berset.

La Fondation LUMA, financée à hauteur de 150 millions d’euros par cette généreuse Maja, inaugurait l’Âtelier de la Mécanique.

images-jpg-arles-luma
 
Drôle d’appellation, après celui des Forges, pour un site destiné à des expositions, bel exemple de reconversion de locaux industriels en friche !

Discrète, peu bavarde, Maja Hoffmann collectionneuse mécène de 56 ans, cohéritière des laboratoires pharmaceutiques suisses Roche, est en train de transformer la commune la plus étendue de France, Arles, en une machine de promotion mondiale de l’art contemporain.

Un imposant bâtiment de verre et d’acier d’une hauteur de 56 mètres dessiné par Frank Gehry, l’architecte star du Guggenheim de Bilbao, verra le jour en 2018, sur les terrains des anciens ateliers SNCF, rachetés en partie par Maja pour y loger, en plus de son futur centre culturel, les Rencontres internationales de la photographie.

Une partie des Ateliers a donc été inaugurée par l’exposition de l’artiste suisse Yann Gross ; à tout seigneur, tout honneur ! La partie festive s’est déroulée au « Nonante-Neuf », espace détente aménagé par la Confédération helvétique !

Arles rejoue :

« La visite de la vieille dame » de l’auteur suisse allemand Friedrich Dürrenmatt !

Le programme de Luma cet été :

http://www.arles-info.fr/2016/07/06/le-decollage-de-la-fu...

Commentaires

on est content. de constater que nos conso de drogues à commencer par l'aspirine au bas de l'échelle,
peuvent enrichir 1 quidam. et le mener à l'art. et enrichir de culture une commune française.
ou vice et versa.

Écrit par : divergente | 07/07/2016

@divergente : Qu'est-ce qui vous dérange le plus, qu'elle soit héritière d'une grande pharma, que les gens consomment des médicaments (qui sont pourtant bien utiles), qu'elle soit Suisse?, à mon avis ce qui vous dérange surtout c'est que ces investissements aient été effectués à Arles sa commune française d'adoption, si ce musée avait été construit dans une ville suisse vous auriez trouvé le geste superbe.

Écrit par : grindesel | 11/07/2016

@divergente
Vous m'avez mal lu... je ne porte pas d'avis, j'informe, point ! Arles, dont le maire est communiste... à la chance de bénéficier du soutien de Madame Hoffmann, une mécène qui n'a pas d'arrière pensée publicitaire !

Écrit par : Fred Oberson | 12/07/2016

@Fred Oberson, mais si mais si, ai bien lu votre sujet; par contre si ma réponse porte question, je peux y ajouter ce détail, à mon angle de vue:

- le mécénat de membres de familles propriétaires de multis dont cette pharma, n'est que la façade de luxe, de montages juridiques de défiscalisation généralement mis sur pied via fondations

est une opération de défiscalisation de ces trop riches membres héritiers - qui se retrouvent avec leurs milliards débordant d'impôts à expatrier / ou à défiscaliser

ce "mécénat" via fondation est une campagne de pub gratos visant également à fabriquer 1 image positive de la marque / la famille

certaines familles font le choix de l'anonymat et derrière leurs fondation aux buts de donations, subventions, aides diverses au développement dans le quart monde etc. - leurs bénéficiaires ne connaissent ni la firme ni leurs donateurs

il est hypocrite de prétendre à la générosité désintéressée de tels mécénats et tresser les louanges de ces personnes, les premières intéressées par leurs investissements en soutiens financiers d'arts ou d'oeuvres patrimoniales

là où vous encensez une personne pour son généreux don financier envers 1 maire et sa commune, je ne vois aucun acte de mécénat gratuit ou généreux, et je vois que le choix ciblé d'une commune bien spécifique du sud de la France répond à un autre objectif de "retour sur investissement".

ne vous en déplaise cher Monsieur mais à ces niveaux-là,
les sentiments d'amabilité et de reconnaissance voir d'insigne honneur que devraient nous inspirer d'1 click de par leur statut ces super-riches membres héritiers donc forcément dignes de respectabilité,
ne s'imposent pas à première vue. encore moins à la deuxième

si ma première réponse, sarcastique, vous a fait réagir sur ma non lecture de votre texte, je vous propose celle-ci, étayée de mes connaissances de ces milieux, & d'expériences professionnelles (administrateur de fonds de donations d'une fondation d'une telle famille, ou auprès d'avocats d'affaires membres ou pdt de conseil d'admin de fondations tous azimuts, de telles fortunes ou de tels héritiers)

dommage, ma réponse précédente plus courte, aurait du suffire: j'y traçais l'image d'1 famille proprio d'une multi pharma à la fortune entretenue par nos consos d'aspirine et autres drogues,
dont on voit les membres travailler dur à défiscaliser leurs trop-pleins de millions (si bien mal-acquis).

avec mes regrets de froisser quelques proches fidèles ou sentimentaux une 2me fois, mais mon cerveau a égoïstement voulu rebondir sur vos remarques
ce qui n'empêche le plaisir de lire vos billets

Écrit par : divergente | 12/07/2016

Les commentaires sont fermés.