alpilles13 ALPILLES13

1789-1989-2019

 

Voici le premier article intégral du 1er janvier 1989 d'une chronique que j'ai écrite tout de long de l'année du Bicentenaire. Seuls les noms en italique rouge peuvent être mis au goût du jour, trente ans plus tard où rien a changé !

Que la fête commence !

C'est parti pour 365 jours de fête, 365 jours de flonflons, de discours et de commémoration du Bicentenaire. Du bleu-blanc-rouge à la boutonnière, au balcon, aux lucarnes du petit écran. Du bleu-blanc-rouge vestimentaire, de l'écharpe du maire à la cravate du ministre, en passant par le port-jarretelles de Marianne, la France va vivre cette année 89 à ses couleurs, celle de la Révolution.

Jusqu'au Président Mitterrand que l'on croyait endormi, laissant à Rocard le soin de prendre les coups, pendant qu'il faisait du tourisme diplomatique. Eh bien non, Tonton s'est réveillé en fin d'année pour distribuer les coups de griffes dont il a le secret. Pour donner plus de poids à ses vœux, à son message, Mitterrand parle de Strasbourg pour démonter au Français et aux Européens qu'il entend bien conserver l'initiative du marché unique de 1993.

A l'occasion du bicentenaire, la France doit, plus que jamais être dans la course au progrès économique et social. A ceux qui reprochaient au Président de n'avoir rien changé dans le second septennat, il annonce l'abolition de la loi Pasqua sur les immigrés. Quelques jours plus tôt, Rocard avait mis sur pied le revenu minimum d'insertion pour les déshérités. Deux mesures qui vont dans le sens d'une interprétation humanitaire des Droits de l'homme, d'une meilleure égalité des chances pour les Français et leurs hôtes.

Sans doute Mitterrand n'en restera pas là au cours de cette année 1989 qui s'annonce faste pour la France. Il a voulu être le Président du Bicentenaire, il l'est et ne pouvait imaginer un couronnement plus éclatant de son règne.

Mais que va-t-on fêter au juste ? La prise de la Bastille, la mort de l'Ancien régime, les Droits de l'homme et du citoyen ou l'autosatisfaction ? Au-delà de la fresque historique mille fois contée, la Révolution de 1789 est, à n'en pas douter, le point de départ d'un nouvel ordre social. Les actes qui marqueront cet anniversaire doivent être l'occasion de dénoncer tout ce qui porte atteinte à la liberté, à l'égalité et à la fraternité en France et particulièrement dans certaines parties du Monde. Mais dénoncer ne suffit pas, il faut agir avec fermeté contre tous ceux qui ont oublié le message de 1789, il faut abattre les centaines de bastilles encore en place. Voilà le vrai sens de la Fête !

 

Les commentaires sont fermés.