alpilles13 ALPILLES13

Economie

  • En marge du G 20

    Pendant que les puissants sont réunis à Londres pour décider peut-être de ne pas faire grand chose pour enrayer la crise, mon amie, Marie-Anne KRAFT, me transmet ce rap à scander sur votre air préféré !

     

     

    Slam de la Finance:

     

    Les monnaies déstabilisant le monde,
    L’inflation peu à peu creuse la tombe
    De la valeur de l’argent des Nations,
    C’est pire encore avec la déflation :
    Chômage, chantage, telle est la rançon,
    Baisse des salaires, ça servira de leçon.
    Avec Bretton-Woods, ils ont essayé
    Les parités fixes, mais ça s’est planté :
    En soixante et onze, le système éclate,
    Plus de parités, échec et mat.
    Alors ils inventent le serpent
    Monétaire, reptile virtuel, mais sans
    Adam, ni Eve, ni la pomme, dommage,
    Ca aurait agrémenté le paysage.
    Après toutes ces analyses, le moral à zéro,
    Maintenant leur seule devise c’est l’Euro.

    Qu’est-ce qu’on va faire de ces billets verts
    Comment je compte : en balles, en briques ? Mystère.
    Ils veulent avoir le Beur et l’argent du Beur,
    La conversion du Franc, encore un leurre.
    On te baise, on te lèse et on te pique ton pèze,
    On te blouse, et on te pique ton flouze.
    C’est pour t’obliger à changer ton fric
    Tout ça pour mettre fin au trafic.
    Marché artificiel des convertisseurs,
    Jetés à la poubelle, à l’équarisseur,
    L’Euro, en fait, en nouveau plan Marshall
    Pour relancer l’économie qui va mal,
    Pour occuper Pasqua, Le Pen ou Chevènement,
    Ca nous laissait tranquilles pour un moment,
    Afin que la France , soumise, par ce nouveau héros,
    Ait une nouvelle devise, c’est l’Euro !

    Et maintenant voici la mondialisation

    Qu’on appelle parfois la globalisation,

    Le fric devenu le roi de notre planète,

    Et tout communiquant au travers d’internet.

    Tu vois ces golden boys, les camés de Wall Street,

    Devenus des héros et des faiseurs de mythes,

    Les stars des dérivés, des produits exotiques,

    Qui ont même fourgués tous leurs produits toxiques

    En titrisant des crédits appelés « subprimes »

    Cotés en triple A et déclenchant le drame,

    Quand toute la Finance mondialisée

    A bien fini enfin par le réaliser,

    Tout ça n’était que de la fausse monnaie,

    Et tous ces beaux produits n’étaient que des faux nez !

    Et le monde a compris que la belle Amérique,

    Soit tu la baises soit elle te nique,

    Maintenant le dollar c’en est trop,

    La meilleure devise, c’est l’Euro !

  • EN DIRECT SUR MEDIAPART !

    A découvrir sur Mediapart l’excellente analyse de ma collègue Marie-Anne KRAFT :

     

    Bilan financier mondial et leçons de la crise

     

    28 Mars 2009 Par Marie-Anne Kraft