alpilles13 ALPILLES13

09/08/2011

lA CRISE, PLUS ACTUELLE QUE JAMAIS !

 

 

Le livre : Dis, Papy, c’est quoi la crise ? a été publié en juin 2009. Il est hélas plus que jamais d’actualité et je le propose gracieusement en numérique aux lecteurs de la Tribune de Genève: :

 

http://fr.calameo.com/read/000120511279aa7145bc4

 

Voici un extrait de la conclusion quelque peu « prémonitoire » :

 

« Comble de malheur, en voilà encore une de crise qui pointe le bout de son nez avec insistance : la crise de confiance !

Celle-ci est bien plus pernicieuse car les citoyens se rendent compte que leurs dirigeants sont dépassés par ce qui arrive, qu'ils interviennent au coup par coup, souvent sans concertation. Parce que les banquiers et les industriels leur dansent sur le ventre, tendant leurs sébiles comme des mendiants, fermant les usines touchées par la chute des ventes et de la production.

La réunion des chefs d'Etats, lors du G 20 du 2 avril 2009 à Londres, n'a pas dissipé le malaise. C'est une sorte d'inventaire à la Prévert, une litanie de bonnes résolutions pour tenter de changer le fonctionnement de la finance mondiale. Ils ont enfin pris conscience de la situation catastrophique dans laquelle se trouve la planète au plan économique et social. Ils ont sans doute compris qu'ils doivent unir leurs efforts, de part et d'autre de l'Atlantique et jusqu'aux confins du Pacifique pour enrayer la descente aux enfers.

L'homme de la rue devra patienter de longs mois avant de déceler des signes de retour à une certaine « normalisation » ! Avec des séquelles imprévisibles.

Dans l'immédiat, c'est la valse des milliards empruntés tous azimuts pour doter le FMI de moyens considérables destinés à sauver certains pays de la faillite. Des milliards que les générations futures devront rembourser ! »

Il est encore disponible en édition papier au prix de 15,00 euros, port compris : fredoberson@bluewin.ch

14:10 Publié dans Mon journal | Tags : crise, actualite, livre | Lien permanent | Commentaires (0)

27/05/2008

Permis de tuer...

Permis de tuer...

Pistolet.jpgQue c'est-il passé à Draguignan vendredi soir ?

Rappel des faits :

 

La gendarmerie arrête José, un homme de 27 ans appartenant à la communauté des gens du voyage car son nom est apparu dans un dossier concernant l’agression et la séquestration d’un chauffeur routier. Il est menotté et placé en garde à vue dans la résidence de la compagnie de gendarmerie de Draguignan. On l’autorise à fumer une clope dans l’escalier de service sans aucune surveillance.Profitant d’une extinction de la lumière, il saute par la fenêtre dans le jardin, escalade une barrière, s’agrippe à un arbre et cherche à s’enfuir. Il faisait nuit. Le maréchal des logis-chef, officier de police judicaire tire sept balles dans sa direction dont l'un des projectiles l’atteint dans le dos!.

C’est ni plus ni moins une mise à mort comme on le ferait pour un sanglier venu piétiner les plates-bandes.

 

Questions :

 

Pourquoi a-t-on laissé cet homme menotté seul dans l’escalier ? Pour le tenter de se faire la belle et de le tirer comme un lapin ? Car, quelle chance avait cet homme entravé de pouvoir s’enfuir sans être rattrapé ? Parce que le délit de faciès pour les gens du voyage, les arabes et les noirs est d’usage dans la police ou la gendarmerie puisqu’ils sont plus souvent victimes debavures que les autres ?

 

Indignation au pluriel sur les commentaires parus dans un journal de droite, soutien indéfectible d’un ex-ministre de l’intérieur

 

« Les gens du voyage ne sont pas contents en France, alors qu’ils aillent voyager ailleurs. »

« Ne laissons plus nos policiers etgendarmes se laisser tirer dessus comme des lapins sans réagir. »

« Je pense qu’on devrait lui décerner une médaille au gendarme. »

« L’erreur de ce gendarme a été de l’autoriser àfumer une cigarette. »

« C’est une honte de mettre un gendarme respectable en examen. »

« Bravo Madame la Ministre, la gendarmerie est à bout et vous prenez le risque de l’accabler un peu plus. »

« Les gendarmes sont les derniers protecteurs de notre nation. »

 

Et voici le commentaired’unsage :

 

« Chacun s’enflamme dans son coin. Les commentaires sont comme d’habitude : poujadistes, racistes, jusqu’au-boutistes, irréfléchis. »