alpilles13 ALPILLES13

03/01/2012

Il ne suffit pas que je m'indigne...

... il faut que je me révolte !

Elle est paraît-il en crise notre société, crise existentielle, sociale, écologique, économique, financière. En bout de course, quoi ! Suis-je assez lucide pour voir la réalité en face, comprendre ce monde en folie, diagnostiquer ce mal-être qui ronge la communauté un peu plus chaque jour ?

Suis-je le seul à vivre dans l’incertitude, à craindre le pire, à me poser les vraies questions ? Ou tenté d’évacuer les problèmes en une pirouette, à suivre le train-train quotidien sous prétexte que rien ne va changer sur la planète ?

Réveille-toi, bon sang, quitte cette torpeur chronique qui envahit ton esprit et ton comporte­ment. Allons-y les copains, réagissons, réveillons-nous, engageons-nous, révoltons-nous pour que ça change !

Depuis l’avènement de cette société outrancière­ment matérielle et financière, j’ai plongé tête baissée dans les pièges de la tentation, à la poursuite de biens inutiles créés artificiellement par les entre­prises marchandes avec l’aval des bien-pensants. Politiquement correct !

A bien des égards, je suis devenu un mouton de Panurge, incapable de discernement, intoxiqué par de multiples slogans démagogiques qui me font espérer la lune, le « toujours plus ! ».

On dit que le réveil sera cruel, le tri, la sélection sont déjà implacables, seule une partie de la population parvient à une vie décente, à un mieux être apparent. Je suis honteux parfois d’être du bon côté alors que pour d’autres, c’est la galère. Bien que l’argent, dit-on, ne fasse pas le bonheur, les inégalités, la précarité, la pauvreté font à coup sûr le malheur de ceux qui en sont les victimes.

Malgré de nombreux atouts culturels et sociaux, cette France que j’aime tant n’échappe pas à une conjoncture en déliquescence.

Je réfléchis, je regarde tout autour, je m’informe et je décide de dénoncer, d’esquisser des pistes, de me révolter sur tout ce qui ne va pas !

09/08/2011

lA CRISE, PLUS ACTUELLE QUE JAMAIS !

 

 

Le livre : Dis, Papy, c’est quoi la crise ? a été publié en juin 2009. Il est hélas plus que jamais d’actualité et je le propose gracieusement en numérique aux lecteurs de la Tribune de Genève: :

 

http://fr.calameo.com/read/000120511279aa7145bc4

 

Voici un extrait de la conclusion quelque peu « prémonitoire » :

 

« Comble de malheur, en voilà encore une de crise qui pointe le bout de son nez avec insistance : la crise de confiance !

Celle-ci est bien plus pernicieuse car les citoyens se rendent compte que leurs dirigeants sont dépassés par ce qui arrive, qu'ils interviennent au coup par coup, souvent sans concertation. Parce que les banquiers et les industriels leur dansent sur le ventre, tendant leurs sébiles comme des mendiants, fermant les usines touchées par la chute des ventes et de la production.

La réunion des chefs d'Etats, lors du G 20 du 2 avril 2009 à Londres, n'a pas dissipé le malaise. C'est une sorte d'inventaire à la Prévert, une litanie de bonnes résolutions pour tenter de changer le fonctionnement de la finance mondiale. Ils ont enfin pris conscience de la situation catastrophique dans laquelle se trouve la planète au plan économique et social. Ils ont sans doute compris qu'ils doivent unir leurs efforts, de part et d'autre de l'Atlantique et jusqu'aux confins du Pacifique pour enrayer la descente aux enfers.

L'homme de la rue devra patienter de longs mois avant de déceler des signes de retour à une certaine « normalisation » ! Avec des séquelles imprévisibles.

Dans l'immédiat, c'est la valse des milliards empruntés tous azimuts pour doter le FMI de moyens considérables destinés à sauver certains pays de la faillite. Des milliards que les générations futures devront rembourser ! »

Il est encore disponible en édition papier au prix de 15,00 euros, port compris : fredoberson@bluewin.ch

14:10 Publié dans Mon journal | Tags : crise, actualite, livre | Lien permanent | Commentaires (0)