alpilles13 ALPILLES13

17/07/2008

Jours et nuits de fêtes en Provence

Drôle de pays que la Provence… Pendant que des hordes de touristes se dorent quasiment à poil sur les plages du littoral, à quelques lieux de là, les Arlésiennes, engoncées dans leurs costumes chatoyants, se sont rassemblées au théâtre antique pour la passation des pouvoirs de la XIXe à la XXe Reine d’Arles. Elles ont toutes des visages de madone, une taille affinée par le corset de grand-mère, une voilette de tulle sur la poitrine pour cacher une gorge que l’on devine compressée par des bandelettes. Pas un brin de peau, de mollet ou de cheville graciles ne transparait. On ne sait pas vraiment s’il s’agit de la fête du costume ou des belles de juillet qui se dissimulent sous trois couches de jupons. Qui dit que demain on ne les retrouvera pas en tenue d’Eve sur la plage naturiste de Salin de Giraud ?

 

Mais voilà que Châteaurenard fait dans le rustique, le lourd, le massif avec plus de 70 chevaux de traits attelés à la queue leu leu à la « Caretto Ramado », une énorme charrette, un tombereau du temps jadis fleuri de rameaux d’oliviers et de gerbes de blé fraichement coupés. L’attelage déboule au galop à travers la cité manquant à chaque virage de se renverser. La fanfare d’honneur de cette fête folklorique vient de Châtel-Saint-Denis, en Romandie, le bourg dans lequel s’entrainaient, le mois passé, les bleus sur un terrain de 4ème ligue… Le football rapproche les peuples,les divise etles classe…

 

Les gardians, les manadiers, les taureaux et les chevaux de Camargue sont eux aussi de la fête lors de la plus prestigieuse course au raset dans les arènes d’Arles dont le vainqueur se verra décerné la Cocarde d’or et le taureau son troisième trophée consécutif.

 

Quittant le delta du Rhône par la Côte Bleu on atteint les faubourgs de Marseille, puis le Vieux Port ou se déroule, sous une chaleur écrasante, la finale du « Mondial de la pétanque » où tous les coups de boule sont permis !

 

Depuis l’arrivée des premiers vacanciers, le pays est en effervescence. Au soleil couchant, chaque village organise son « festival », histoire de faire la nique à Aix, Avignon, où Salon. Le blues à Cabannes avec Louisiana Red venu tout exprès de Chicago. A Lamanon, un américain lui aussi : Wes Mackex de la Caroline du Sud. Le folk, le countryen Provence sont les musiques de la terre, les chants du sol !CharlElie Couture s’est posé «Comme un avion sans ailes » à Saint-Martin de Crau et à découvert la fraîcheur des Petites Bourrettes…qui, contrairement à ce que l’on pourrait croire, ne sont pas de petites nénettes ! Il y a tant d’artistes au sud en ce moment qu’on ne saurait les citer tous. Par delà les collines, on entend des airs de flûte du côté d’Eygalières. On se rapproche bercé par la « Flûte enchantée » de la célèbre Julie Scolnick, une américaine qui a choisi de résider dans ce vieux village typique et offre aux Eygalièrois un concert prestigieux à l’église.

 

En attendant la suite un petit coucou de celui que vous aimez:

 

http://www.dailymotion.com/video/x1rffg_camargue_animals

10:32 Publié dans Mon journal | Tags : fête, provence | Lien permanent | Commentaires (0)