alpilles13 ALPILLES13

12/05/2008

Du pain et des jeux!

1811272785.jpg

La célèbre formule "Du pain et des jeux" date de l'Antiquité romaine.
C'est Juvénal qui en est l'auteur. Il l'a écrite pour évoquer les besoins fondamentaux du peuple de Rome qui vivait alors dans la misère. Pour éviter les émeutes et les révoltes, les consuls et les empereurs ont organisé des distributions de farine gratuite, avec l'aide des boulangers devenus fonctionnaires d'Etat au 2ème siècle avant J-C. Cette tradition s'est maintenue jusque sous Aurélien.

Plus de deux mille ans se sont écoulés depuis cette époque et le peuple de France réclame à cor et à cri du pain que l’on nomme aujourd’hui le pouvoir d’achat !

A défaut d’obtenir ce qu’il demande, il se rabat alors sur les jeux du cirque, tout au moins ici en Provence. Le pont de Pentecôte est propice à la fête et l’on se déplace à tout va pour assister à la Feria de Nîmes. Peut-être parce qu’ils ont faim de tout, les hommes sont des trompe-la-mort. Le Français Castella affronte cinq toros en un jour alors que son collègue espagnol se retrouve à l’hôpital après l’estocade. Le matin et l’après-midi, les toreros risquent leur vie dans les arènes et le soir les aficionados se soûlent  dans les bodegas jusqu’au coma éthylique, le temps d’oublier leur condition précaire.

Dans tous les villages, ce n’est que joutes taurines : corridas de novillos, courses camarguaises, abrivados, ancieros et spectacles équestres. Le peuple vibre de joie et, à défaut de pain, s’enivre du sang des bêtes de cirque.

Les pacifistes s’en iront au marché aux fleurs et aux plantons de Tarascon puis accompagneront les bergers et leurs milliers de moutons à la transhumance de Saint-Rémy-de-Provence. Comme au bon vieux temps !

10:49 Publié dans Mon journal | Tags : pain, corrida, toros, sang | Lien permanent | Commentaires (0)